RSS

33.Mariages à l’algérienne (33e partie)

1 juillet 2009

Non classé

Une ville, une histoire
Mariages à l’algérienne (33e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 32e partie n Comme Fettouma n’arrive toujours pas à avoir un enfant, sa belle-mère envisage de la répudier.

Arezki se tait un moment.
— Tu ne dis rien ? demande sa mère ?
— Que veux-tu que je te dise ?
— Eh bien que tu acceptes ma proposition…
— C’est encore trop tôt…
— Je te l’ai déjà dit, tous ceux qui se sont mariés en même temps que toi ont eu des enfants…
Arezki secoue la tête.
— Elle ne m’a rien fait !
— Je sais que tu t’entends bien avec cette fille… Nous aussi, nous nous entendons avec elle…Mais, c’est plus fort que nous…
— Je ne peux la renvoyer ! Il faudrait qu’il y ait un prétexte pour cela !
— Le prétexte est là : elle est stérile !
— Ses parents sont corrects !
— Ses parents n’ont rien à avoir là dedans… Elle ne peut te donner d’enfants, il est tout à fait naturel que tu te sépares d’elle !
— C’est trop cruel !
— Il n’y a rien de cruel…
— Je préfère attendre encore un peu…
Trois mois passent et comme il n’y a toujours pas de conception, Dahbia revient à la charge.
— Tu ne peux te dérober, maintenant ! Même ton père voudrait que tu prennes une décision… Il faut régler cette affaire au plus vite !
Comme il hésite, elle lui fait une proposition.
— Tu n’auras pas à la répudier, si tu y tiens vraiment…
Arezki regarde sa mère.
— Tu prendras une deuxième femme !
Il secoue la tête.
— Une deuxième femme ? Qu’elle vive avec elle ?
— Cela se fait dans ces cas-là !
— Elle n’acceptera jamais !
— Elle doit accepter !
— Et moi je dis qu’elle refusera…
— Alors elle devra se résoudre elle-même à partir !
Arezki se prend la tête entre les mains.
— Ce n’est pas une solution !
— C’est la meilleure solution… Je vais lui parler… Peut-être qu’elle acceptera et tous nos ennuis prendront fin !
Le malheureux jeune homme soupire. C’est qu’il ne veut pas se séparer de sa femme ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...