RSS

2.Le marabout et les chaumières (2e partie et fin)

1 juillet 2009

1.Contes

Le marabout et les chaumières (2e partie et fin)

Résumé de la 1re partie n Suivant la règle du Marabout, tous les habitants d’Issoumatène ont des chaumières recouvertes de diss. De nouveaux venus, dérogeant à cette règle, voient leurs demeures détruites par des catastrophes naturelles…

Et pourtant le vieux marabout, fondateur du village, était mort depuis longtemps. Les gens pensent qu’il faisait respecter son vœu.
Une mosquée a été érigée sur sa tombe qui est devenue un lieu de pèlerinage, vénéré dans la région.
De façon bien inattendue, nous avons eu le témoignage direct de la manière dont le Seigneur offre, par ailleurs, quand il Lui plaît, le «château rouge et or» à ceux qui, dans leur vie, ont opté pour la chaumière.
Une de mes cousines, un jour d’hiver où le sol était couvert de neige, eut l’idée de traverser le village des Issoumatène et de poursuivre sa route jusqu’à la hauteur voisine de Taghrout pour y contempler le paysage enneigé. En arrivant sur l’aire du tombeau du ouali, elle vit un groupe de femmes kabyles en proie à une vive émotion montrant du doigt le monument du saint. De fait, on se trouvait devant un spectacle féerique : un ciel d’Algérie très bleu ; sur le sol, une étendue de neige immaculée ; au centre de cette aire, le bloc cubique très dépouillé du tombeau dont la blancheur bleutée se détachait sur ce tapis ouaté, et, au-dessus du bloc cubique, une coupole rouge étincelant de mille feux et comme incrustée de pierreries irradiées par le soleil. Le petit dôme entier n’était plus qu’une flambée de lumière irisée jaillissant de son écrin de ouate blanche… C’étaient les coccinelles rouges de toute la région qui s’étaient donné rendez-vous côte à côte sur la calotte sphérique du tombeau pour échapper à la rigueur glaciale de la neige en couvrant le saint d’une tiare précieuse dont aucun orfèvre au monde n’aurait pu rêver !
Il y a une heure pour les branchages de la forêt et une heure pour la couronne de rubis de la gloire.

Tiré des Contes mystérieux d’Afrique du Nord de Jeanne Scelles-Millie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...