RSS

29.Mariages à l’algérienne (29e partie)

1 juillet 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (29e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 28e partie n Zoulikha persuade Mériem de demander la main de Zohra. Quelques mois après, Mériem meurt. La maison reste aux mains de Zohra.

Les années ont passé. Zohra a trois enfants et elle songe à en avoir un quatrième. Rachid a acheté un commerce et on peut dire que les affaires vont bien pour lui.
Un soir, un parent vient à la maison.
— Ma mère est en train de mourir, elle voudrait te voir !
— Je viens également, dit Zohra
Ni Rachid ni Zohra ne se souviennent de cette parente : mais comme elle demande à voir Rachid, il n’a pas hésité à aller au chevet d’une moribonde.
A la maison, la malade est dans son lit et geint doucement.
— Je suis là, ma tante, qu’as-tu à me dire ?
La femme lui prend la main.
—Mon pauvre enfant, je te demande pardon !
— Pardon, dit Rachid, mais pourquoi ?
— Pour un mal que je t’ai fait !
— Tu ne m’as fait aucun mal… Je ne me souviens même pas de toi !
— Je suis la cause de ton malheur… Mais je ne te dirai rien, tant que tu ne m’auras pas pardonné !
Rachid est intrigué.
— Pardonne-lui et elle nous dira tout !
— Alors, je te pardonne, dit Rachid
La vieille ferme les yeux et commence sa confession.
— Je ne voulais pas aller dans la mort avec ce poids… Mon fils, c’est moi qui ai révélé que toi et Nadia étiez frères de lait !
— Je ne m’en souviens pas !
— Eh bien, mon fils, c’est faux !
Rachid la regarde.
— Oui, dit-elle, c’est Zoulikha, la marieuse, et Fatma, la mère de ta femme, qui ont tout combiné pour que tu l’épouses !
Rachid s’effondre. Zohra se met à trembler comme une feuille.
— On rentre, dit-il
Elle s’attend au pire. Elle tombe à ses genoux et lui demande pardon.
— C’est ma mère la fautive !
— Et dire que grand-mère est morte sans avoir appris la vérité !
Zohra s’attend au divorce et Rachid le lui dit.
— Si Nadia n’était pas mariée, je t’aurais répudiée et je l’aurais épousée ! Et puis, il y a aussi les enfants que je ne voudrais pas priver de leur mère. Mais à partir d’aujourd’hui, je ne veux plus avoir affaire ni à toi ni à ta famille ! Reste dans ton coin et ne t’avise plus à me parler !
Et il en fut ainsi (à suivre…)

K. N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...