RSS

15.Mariages à l’algérienne (15e partie)

28 juin 2009

Non classé

Mariages à l’algérienne (15e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 14e partie n Zoulikha est une marieuse, elle est sollicitée par toutes les femmes qui ont des filles. Elle est, cette fois-ci, sollicitée par une parente.

Les jours suivants, elle trouve un prétexte pour aller rendre visite à la grand-mère, Mériem. Il y a longtemps qu’elle ne l’a vue, mais comme elle est vieille, elle prétend qu’elle a appris qu’elle est malade.
— Je n’ai pu m’empêcher de venir te voir !
— C’est gentil, dit Mériem
— Et puis, je voulais prendre aussi des nouvelles des autres membres de la famille.
— Tout le monde va bien !
— Et ton mari ?
— Il a toutes les maladies de la vieillesse, mais grâce à Dieu, il se maintient… De toute façon, je ne pourrais pas m’occuper de lui !
Zoulikha saute aussitôt sur l’occasion.
— C’est vrai que tu es malade et seule !
— Hélas, peu de gens s’en rendent compte !
— Depuis que les filles de ta défunte belle-fille se sont mariées, tu es seule à la maison… Ton fils, s’est, bien sûr, remarié et vit avec son épouse !
— Il ne vient même pas voir ses enfants !
— Cela ne fait rien, tu t’en occupes merveilleusement bien !
— Mais maintenant, je suis fatiguée… Il me reste Rachid, mais Rachid est un homme… Il est presque tout le temps dehors !
— Il faut le marier !
— J’y pense…
Une fois encore, Zoulikha ne laisse pas échapper l’occasion.
— Tu sais qui j’ai rencontré, l’autre jour ? La cousine Fatma !
— Ah, je l’ai vue il y a quelques jours, elle me rend visite avec sa fille, Zohra…
— Cette fille… Une pure merveille de la nature !
— Elle paraît très serviable…
— Serviable seulement ? elle est belle, intelligente et, comme on dit, chaque doigt possède un métier !
— C’est ce que sa mère dit…
— Elle le dit et c’est la vérité ! Je suis allée chez elle, j’ai à peine exprimé l’envie de mhadjebs, qu’elle a pris une terrine, l’a remplie de semoule et s’est mise à pétrir… Au bout d’un instant, j’ai eu droit à de délicieux mhadjebs…
— C’est comme ça !
— Oui, et puis, on m’a retenue à déjeuner… Il y avait du couscous qu’elle avait préparé… Ah, mon Dieu, le doux fumet… La graine roulée avec délicatesse… Les légumes… La viande… Un vrai régal !
— Je t’envie… Voilà longtemps qu’on n’a mangé de couscous…
— Ah, oui, tu peux m’envier ! (à suivre…)

K. N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...