RSS

Les œuvres de Mammeri et Feraoun à l’étude

13 juin 2009

Non classé

  • Boussad Berrichi, universitaire à Paris
    Les œuvres de Mammeri et Feraoun à l’étude

Les œuvres de Mammeri et Feraoun à l’étude 1467_37841

Une littérature qui a marqué un tournant dans la littérature francophone,  en rupture radicale avec la littérature coloniale bourgeoise, pratiquée jusque-là et qui s’inscrit dans la revalorisation de l’histoire, de l’identité, du patrimoine, de la langue et culture maternelles kabyles, voir berbère en général.

Boussad Berrichi, universitaire à Paris et auteur de différentes études sur la littérature francophone, vient de finaliser plusieurs études sur les œuvres de Feraoun et de Mammeri.

Une sorte d’hommage à ces deux pionniers de la littérature algérienne et une matière à étude pour les  universitaires, chercheurs et étudiants.

En effet, pour réaliser ce projet qui s’inscrivait dans une série de recherches sur les écrivains et intellectuels algériens, Berrichi a déjà finalisé depuis 2004 un ouvrage de 650 pages, intitulé : Mouloud Mammeri, écrits et paroles (1952-1989). Ce dernier  sera publié, avec l’accord de sa famille. La deuxième phase de ce projet est consacrée à Mouloud Feraoun et comprend une recherche approfondie sur toute l’œuvre du père du Fils du pauvre.

Après plusieurs années passées dans le recensement de toutes les références sur Feraoun, réunir tous ses écrits et publications, études, articles, reportages, contes traduits, entretiens et interviews publiés dans divers journaux et revues depuis 1950 à 1962, l’universitaire entamera une opération de dépouillement des revues, journaux, livres, catalogues des bibliographies pour trouver la moindre trace écrite de Feraoun aussi bien sur son œuvre, qu’au sujet d’autres écrivains. Suivra alors l’étape de vérification du texte de l’auteur ainsi que la transcription de tous ses textes écrits ou oraux (interventions radiophoniques ou autres supports audiovisuels).

La dernière phase est consacrée à la notation des textes pour les placer dans leur contextualité afin d’attaquer en définitive la relecture et la correction pour présenter au lecteur un recueil de textes transcris et annotés dont le titre sera Mouloud Feraoun, écrits et paroles (1950-1962).

N’en restant pas là, Boussad Berrichi s’est attaqué ensuite à deux autres recherches portant sur   » Bibliographie des travaux de et sur Mouloud Feraoun  » et  » Bibliographie des travaux de et sur Mouloud Mammeri  » et prépare en ce moment un essai sur les œuvres des deux écrivains. En ce qui concerne leur publication, M.Berrichi précisera dans une interview accordée à Kabyle.com qu’il doit y aller doucement et informera qu’une fois les deux livres sur Mammeri, qu’il compte  publier prochainement, sur le marché, il passera ensuite ceux sur Feraoun.

Invité à parler de l’œuvre autobiographique par excellence de Feraoun, à savoir Le Journal (55-62), Boussad Berrichi qui le qualifiera de « livre-vérité », expliquera que le Journal constitue un document bouleversant sur la guerre d’indépendance algérienne et une série de chroniques quotidiennes d’un instituteur au fin fond de la guerre. Faisant une profonde analyse de l’œuvre  des écrivains qu’il nomme « la génération 52″, Berrichi notera que ces auteurs ont apporté une littérature qui témoigne d’une volonté d’affranchissement d’une servitude et d’un mimétisme littéraire, d’un courage de renverser l’ordre établi dans le domaine littéraire sur le plan du contenu et sur le plan de la forme. Une littérature qui a marqué un tournant dans la littérature francophone,  en rupture radicale avec la littérature coloniale bourgeoise, pratiquée jusque-là et qui s’inscrit dans la revalorisation de l’histoire, de l’identité, du patrimoine, de la langue et culture maternelles kabyles, voir berbère en général.

Quand on lui demande un commentaire sur le roman posthume de Feraoun qui vient d’être édité sous le titre La Cité des Roses, Boussad Berrichi répondra que  ce roman complète son œuvre et estimera qu’il est temps de démonter les lectures idéologiques faites de l’œuvre de Feraoun, car dira-t-il, l’idéologie est le produit de l’ignorance et notre écrivain a combattu cette dernière durant toute sa vie. Il ajoutera qu’à l’occasion du 45e anniversaire de son assassinat, le meilleur hommage que nous puissions rendre à Mouloud Feraoun est de veiller à ce que l’enseignement de l’œuvre de ce grand écrivain soit inséré dans les programmes scolaires, croyant dur comme fer que le destin d’une société, d’un peuple voire même d’un pays se dessine à travers son école.         Il conclura avec un vœu qu’il souhaite voir un jour se réaliser en terre d’Algérie ; redonner la valeur humaine et intellectuelle à l’œuvre de Mouloud Feraoun par la lecture, l’enseignement et l’étude de tous ses écrits.

 

H.Hayet

http://www.depechedekabylie.com/popread.php?id=37841&ed=1467

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Les œuvres de Mammeri et Feraoun à l’étude”

  1. GAYA Dit :

    Je suis un fidèle lecteur de votre site très instructif.
    Je vous signale la parution fin juin 2009 du livre « Mouloud Mammeri, écrits et paroles (1952-1989)» volume 1 de plus de 600 pages aux éditions CNRPAH (Centre national de la recherche préhistorique – anthropologique et historique) d’Alger.
    Je souhaite avoir plus d’information sur ce livre et nous réaliser un entretien avec l’auteur du livre à savoir l’universitaire Boussad BERRICHI.

    Bon courage à toute l’équipe.
    Gaya.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...