RSS

Une Algérienne reçue jeudi à l’Académie française

12 juin 2009

Non classé

  • Distinction
    Assia Djebar, une Algérienne reçue jeudi à l’Académie française

Une Algérienne reçue jeudi à l'Académie française 1231_23307

L’Algérienne Assia Djebar, première personnalité maghrébine élue à l’Académie française, dont l’oeuvre romanesque défend les droits des femmes dans le monde musulman, sera reçue jeudi sous la Coupole.

A 69 ans, Assia Djebar a souvent été la première. Première femme algérienne admise à l’Ecole normale supérieure de Paris en 1955, première à obtenir une reconnaissance internationale, première enfin élue à l’Académie.


Une élection au second tour, le 16 juin 2005, qui rendait selon elle hommage à son « entêtement d’écrivain » et son travail pour la francophonie.
Personnalité emblématique de l’émancipation des femmes en Algérie, elle figure parmi les classiques de la littérature maghrébine d’expression française, lauréate de nombreuses distinctions internationales.
De son vrai nom Fatima Zohra Imalayen, Assia Djebar est née à Cherchell, à une centaine de km d’Alger, le 4 août 1936. Fille d’un instituteur, sa carrière d’écrivain débute dès 1956 avec La soif. Suivent Les impatients (1958), et Les enfants du nouveau monde (1962), dans lequel l’héroïne milite pour le changement politique et les droits des femmes.
Algérienne, elle écrit en français comme beaucoup de ses compatriotes, formés par l’école française. Lire et écrire en français dans les années 1950, c’est aussi la possibilité de sortir du cercle exclusivement féminin dans une société « où les femmes n’écrivent pas ».
En 1985, L’amour, la fantasia ouvre une fresque que continuent « Ombre sultane » (1987) et Loin de Médine (1991).
Dans le Maghreb « les femmes n’écrivent pas. Elles brodent, se tatouent, tissent des tapis et se marquent. Ecrire, c’est s’exposer. Si la femme, malgré tout, écrit, elle a le statut des danseuses, c’est-à-dire des femmes légères », avait déclaré Assia Djebar à la sortie d’Ombre sultane. Assia Djebar a également travaillé pour le théâtre et le cinéma. Son film La nouba des femmes du Mont Chenoua a reçu le prix de la Critique internationale en 1979 au festival de Venise. De 1983 à 1989, elle a siégé au Fonds d’action sociale (FAS), comme représentante de l’immigration algérienne.
Dans les années 1990, Assia Djebar évoque dans Le Blanc de l’Algérie (1996) ou Oran, langue morte (1997) la violence dans son pays et le sort des femmes prises dans l’étau intégriste.
Depuis 1997, elle enseigne la littérature française aux Etats-Unis, d’abord à Bâton-Rouge (Louisiane), puis à New-York. En 1999, elle a été élue à l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique.
Lors de son élection, Jacques Chirac avait salué « un nouveau témoignage de la profonde amitié » entre la France et l’Algérie.
Pour la ministre de la Culture Khalida Toumi, Assia Djebar était honorée « pour une oeuvre de l’esprit ».

 http://www.depechedekabylie.com/popread.php?id=23307&ed=1231

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...