RSS

Stendhal

12 juin 2009

Non classé

  • Stendhal
    Le Beylisme ou la chasse au bonheur

Jamais auteur n’a été royalement ignoré de son vivant et adulé à titre posthume comme le fut Stendhal. L’infortune qui l’a frappé en son temps s’est transformée en énorme succès en notre époque. Comment ses contemporains n’ont pas su deviner en lui le génie qu’il était ? Comment, malgré les  critiques élogieuses de  certains auteurs à succès de l’époque, dont Balzac, le  public l’a ignoré ? Enigme ! “Je mets un billet à la loterie dont le  gros lot se réduit à ceci : être lu en 1935”,  Terrible aveu pour un auteur qui se compte parmi les plus grands génies  de son temps. Terrible aveu, c’est vrai, mais aussi lucidité, car prévoir à ses œuvres un avenir glorieux et prédire d’avoir des lecteurs un siècle après la parution de ses œuvres, et que ses prévisions se réalisent, c’est être lucide est génial à la fois.
Mais qu’est ce qui a provoqué le mépris et parfois la moquerie de ses contemporains face à une œuvre qui est partout louée aujourd’hui ? Serait-ce son style aussi sobre et sec comme le code civil ? “Cet art qui a des aspects écrivait a contribué sans doute à retarder la gloire de Stendhal” a écrit, quelque part un critique littéraire.
Avoir la phrase aussi courte que  celle de Voltaire, refuser d’employer la période oratoire chère aux romantiques… ne suffit pas d’expliquer son insuccès auprès de ses contemporains. D’autres raisons que nous  ne saisissons peut-être pas aujourd’hui existent pour expliquer un tel phénomène. Car aujourd’hui, Stendhal règne en maître sur la littérature française. Tout le monde voit en lui un écrivain moderne avant l’heure, et toute une génération d’ecrivains à l’exemple de Roger Veillant, Jean Prévost, Jean Gions,  pour ne citer que ceux-là, descendant directement de lui. C’est vrai que même en son temps comme nous l’écrivons plus haut, certains ont pu déceler son génie et n’ont pas manqué de le faire remarquer. A la sortie de “La Chartreuse de Parme”, Balzac, dans la “Revue Parisienne” voltairiens ceci : “M Beyle a fait un livre où le sublime éclate de chapitre en chapitre … M Beyle est un des hommes supérieurs de notre époque il est difficile d’expliquer comment cet observateur de premier ordre, ce profond diplomate qui, soit par ses écrits, soit par sa parole, a donné  des preuves de l’élévation de ses  idées et de l’étendue de ses connaissances  pratiques, se trouve seulement Consul à Civitavecchéa” Mais n’est pas Balzac qui veut. En avance sur son temps, incompris par son époque, aujourd’hui, Stendhal est plus honoré que Balzac et plus Prospère que Mérimée, un autre des ses amis qui a dit de lui “Beyle se piquait de libéralisme et était au fond de l’âme un aristocrate achevé”.
Henri Beyle, alias Stendhal, est né en 1783. A peine âgé de six ans, sa mère meurt et le laisse aux soins de deux  personnes. Son père, Chérubin Beyle, procureur au parlement de Grenoble et sa tante Séraphie qui se propose de  remplacer sa mère. Il mèna une existence insipide, sans  plaisir parmi ses deux parents qu’il déteste cordialement.  Une autre personne qu’il ne  porte pas  dans son cœur et qui serait la cause  de son hostilité envers l’église et la religion, c’est son precepteur : l’Abbé Raillane Entouré de personnes  qu’il n’aime pas, vivant dans une ville, Grenoble, qu’il trouve morne, il va rapidement développer des réflexes  de repli sur soi. Cette vie terne aurait ainsi continué, si un de ses cousin ne lui a pas obtenu en 1802, un poste de sous-lieutenant. C’est le début d’une vie  palpitante, pleine de liberté et d’amour. Sa vraie religion n’est-elle pas la recherche du bonheur ? Le voilà libre, foulant le  sol italien, rejoignant l’armée de Bonapartie et découvrant l’amour et l’héroïsme.
Cette expérience va complètement le transformer au point qu’il la renouvellera en 1814 en vivant sept longues années à Milan Exit le Stendhal, taciturne replié sur soi, presque marginal du Paris sous la restauration. Place à un Stendhal épicurien, doté d’une morale aristocratique qui croque la vie à belles dents. En plus  des multiples professions qu’il a  exercées, qui lui ont permis de cotoyer beaucoup de monde, Stendhal s’applique à l’écriture. Ses premiers écrits s’intéressaient à l’Italie “Rome, Naples et Florence”, à l’amour comme passion et maladie” De l’amour” 1822, et à la déficience sexuelle masculine “Armance” 1827. Ces ouvrages n’eurent aucun succès et ne trouvèrent qu’une poignée de lecteurs.
La première œuvre importante de Stendhal est incontestablement, “Le Rouge et le Noir”, même, si aujourd’hui, on commence à s’interesser à “Armance”. Inspirée de l’affaire Berthet.

N° :945     Date  2005-07-14

http://www.depechedekabylie.com/popread.php?id=6559&ed=945

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...