RSS

Malek Haddad / Un écrivain de son temps

12 juin 2009

Non classé

  • Hommage/27e anniversaire de la mort de Malek Haddad
    Un écrivain de son temps

Malek Haddad    / Un écrivain de son temps 912_4794

Malek Haddad est né lé 5 juillet 1927 à Constantine, et mort le 2 juin 1978 à Alger. Né une année avant Kateb Yacine, Malek Haddad publie son premier recueil de poèmes, Le malheur en danger en 1956.

De 1958 à 1961, il fait paraître quatre courts romans. La dernière impression (1958), seul parmi les quatre romans à se situer en Algérie. Les trois romans suivants ont pour cadre, la France et les villes où Malek Haddad a vécu avec une prédilection pour Paris.

Si les trois prétextes romanesques sont différents, la trame essentielle de ces courts romans apparaît assez rebondante et explore systématiquement ce qu’abordait déjà le premier roman. Je t’offrirai une gazelle (1959), raconte l’histoire d’amour entre Moulay et Yasminata (version de Hizya).
L’élève et la leçon (1960). Le dernier roman, Le Quai aux fleurs ne répond plus, est publié en 1961. Enfin en ouverture de son recueil poétique, Ecoute et je t’appelle (1961), Malek Haddad publie un essai Les Zéros tournent en rond, dont l’incipit est «sentence» citée, depuis de multiples fois.
«Je suis moins séparé de ma patrie par la Méditerannée que par la langue française». Malek Haddad considère que la véritable coupure entre l’écrivain et son peuple est la frontière linguistique et culturelle, marquant par là son désaccord avec les analyses proposées par Lacheraf, Sénac et Fanon dans ce domaine. Il propose une définition de l’écrivain algérien différente de celle de Senac mais sans le dire. «Seuls les Algériens d’origine arabo-berbère dans leur immense majorité ont vécu la vie propre de leur patrie livrée à la domination impérialiste». Les autres ne peuvent pas être écrivains algériens car ils n’ont pas la nostalgie de la langue maternelle.
En 1965, la revue Confluent rend compte d’un débat organisé avec Malek Haddad et d’autres écrivains, maghrébins sur les «aspects de la littérature maghrébine contemporaine». Ce débat a eu une répercussion importante puisque l’écrivain posait son style étant donné qu’il ne pouvait pas toucher ses «vrais» lecteurs. Une entorse en 1967, un poème pour la Palestine, quelques articles. Après 1962, dirige à Constantine, la page culturelle d’A Nasr (1965-1968). D’avril 1968 à août 1972, directeur de la culture au ministère de l’Information et de la Culture, il s’occupe du premier colloque culturel national (31 mai-3 juin 1968) et du premier Festival panafricain en 1969.
En juillet 1972 , il est conseiller technique chargé des études et recherches dans la production culturelle en français.

Hamid Meradji

N° :912     Date  2005-06-06

http://www.depechedekabylie.com/popread.php?id=4794&ed=912

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...