RSS

André Breton Le père du surréalisme

12 juin 2009

Andrè Breton

  • André Breton
    Le père du surréalisme

 

Si en évoquant le romantisme, on pense à Jean Jacques Rousseau, parler du surréalisme ne pourra se faire sans citer André Breton, puisqu’il s’agit bel et bien de son fondateur.

C’est en lecteur de Freud que Breton décide d’explorer l’abîme ouvert par les recherches psychanalytiques sur l’inconscient, véritable labyrinthe de l’irrationnel qui s’offre désormais à l’investigation littéraire.
Il tient le taureau par les cornes pour poser les bases d’une nouvelle école littéraire, pour se démarquer du classicisme, où l’auteur est tenu par la rigueur des normes rigides et inflexibles.


Il écrit dans le manifeste du surréalisme en 1924 “Ces lignes proposent une conception révolutionnaire de l’image poétique et plus particulièrement de la métaphore, figure favorite de l’esthétique surréaliste. Renversant le modèle aristolécien qui prévalait jusqu’alors fondé sur une analogie logique entre les termes”. Breton prône de façon provocatrice la force de l’arbitraire.
André Breton, est né le 18 février 1896 dans l’Orne, d’origine bretonne et lorraine. Elevé par son grand-père  maternel à Saint-Brieuc, puis s’installe avec sa famille à Pantin.
En 1906, il entre au collège Chaptal et à dix-sept ans, il suit les cours du PCN, porte d’entrée des études médicales. C’est à cet âge, qu’il  composa ses premiers poèmes, dont un sonnet dédié à Paul Valéry, qui paraîtra en 1914 dans la revue “La Phalange” de Jean Royère.
Il est ensuite mobilisé dans l’artillerie, puis versé dans le service de santé à Nantes. Il entre en correspondance avec Guillaume Appollinaire. En 1917, il est affecté au centre psychiatrique à Saint-Dizier, où il s’initie à la psychanalyse. Rappelé à Paris, il rencontre  Appollinaire, Aragon et Phillippe Soupault.
Les trois contribueront à “Nord-Sud”, une revue qu’anime Pierre Reverdy. Il publie “Mont de piété” en 1919 où s’affirme sa rupture Malarméene, au même temps où il découvre  l’écriture automatique. L’année suivante il écrit avec Soupault, “Les champs magnétiques” et crée avec la revue “Littérature” avec Aragon et Soupault qui passe en un an, de la recherche éclectique du moderne au soutien et à l’affirmation du mouvement Dada. En 1924, il donne avec un groupe d’amis naissance au “manifeste du surréalisme”, où il explicite les positions et les interrogations.
Dès lors, l’histoire d’André Breton et du surréalisme se mêlent de façon indissoluble. La rencontre avec Nadja en octobre 1926 est à l’origine d’un livre qui pose déjà les problèmes essentiels soulevés par le surréalisme (le rapport de la poésie et de la vie).
Depuis la guerre du Maroc en 1925, il reconnaît la nécessité d’une action politique et entre au Parti communiste deux ans plus tard, avec lequel il rompt définitivement lors du congrès pour la défense de la culture en juin 1935. Le second manifeste de 1929 est suivi de nouvelles arrivées et nouvelles ruptures, comme la rupture avec son ami de toujours, Louis Aragon. La rencontre avec Jacqueline Lamba, qui est au centre de “L’Amour fou”, a eu lieu en 1934, coïncide avec l’audience internationale du surréalisme. Aube, fille de Breton et de Jacquelline naît  en 1935, et c’est à elle que s’adresse le dernier chapitre du livre.
En 1937, Breton dirige une galerie surréaliste rue de Seine, à l’enseigne freudienne “Gradiva”, puis chargé de conférences sur la littérature et l’art au Mexique. Au retour, il rompt avec un autre géant de la poésie française, Paul Eluard. Pendant la guerre, il est mobilisé à Poitiers.
Après la débâcle, il est l’hôtes à Marseille du “comité de secours américains aux intellectuels”, où il retrouve Max Ernst Brauner, Peret et Masson. Il débarque en Martinique en 1941, où il connaîtra Aimé Césaire, avant de partir aux USA, où il crée la revue WV et rencontre Elisa, inspiratrice de la méditation “d’Arcane 17”. Après leur mariage ils reviennent à Paris en 1946. Il se soulève contre la mode de l’époque et apporte son soutien à la lutte du Vietnam pour son indépendance, et est présent dans tous les combats du temps, comme la Hongrie contre le joug soviétique. Pendant la guerre d’Algérie, Breton est l’un des premiers signataires du Manifeste des 121.
Hospitalisé en septembre 1966, à Lariboisière, il meurt le matin du 28. Ses obsèques ont lieu le 1er octobre au cimetière des Batignolles. Le faire du décès porte ces seul mots : André Breton (1896-1966) : je cherche l’or du temps.

Salem Amrane

N° :945     Date  2005-07-14

http://www.depechedekabylie.com/popread.php?id=6558&ed=945

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “André Breton Le père du surréalisme”

  1. essaadi Dit :

    Je suis extrêment touché par l’engagement de nombreux intellectuels et hommes politiques français contre la guerre coloniale menée par la France, notamment la guerre du Rif de Abdelkrim el Khattabi et les guerres d’indépendance du Maghreb.
    Le maréchal Lyautey qui connaissait bien les Marocains et le Maroc, savait bien que ce dernier était le seul Etat constitué dans toute l’Afrique, un vaste empire qui s’étendait depuis Casablanca à Constantine et depuis Tanger aux frontières sénégalaises. Lyautey ne pensait pas que le Protectorat-telle qu’il la concevait-allait aliéner le Maroc durant 44 ans !
    Ce passé glorieux du Grand Maghreb, les générations présentes souhaitent et veulent le revivre dans l’Union du Maghreb Arabe, l’UMA.
    L’Europe et la France en particulier, ont le devoir de tourner définitivement la page de l’histoire coloniale, en aidant cette OUA à se redresser sur ses pieds et à marcher, la main dans la main avec l’Europe et tous les pays épris de justice et de liberté.
    Que l’âme d’André Breton repose en paix. Il était un grand ami du Maroc comme beaucoup d’autres écrivains et artistes français.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...