RSS

Quand les hommes pleurent…

11 juin 2009

1.POESIE

Quand les hommes pleurent…

image

Relevé des textes écrits et dits par Mahmoud Darwich

– 01030310 (VOIX DU POÈTE) –

Ils ne m’ont pas reconnu dans les ombres

qui absorbent ma déchirure sur le passeport.



ils ne m’ont pas reconnu dans les ombres

qui absorbent ma déchirure sur le passeport

ils exposaient ma déchirure aux touristes

collectionneurs de cartes postales

ils ne m’ont pas reconnu

ne laisse donc pas

ma paume sans soleil

car les arbres

me connaissent

toutes les chansons de la pluie me connaissent

ne me laisse pas aussi pâle que la Lune.

– 01314711 (VOIX DU POÈTE) –

Enfante-moi… enfante-moi (Lidinni),

pour que je sache en quelle terre je mourrai (Amoutou)

et en quelle terre je ressusciterai (Aeia).

(Salamoun) Paix sur toi qui prépare le feu

du matin (Sabahi), paix sur toi, paix sur toi

(Anahali) N’est-il pas venu le temps de t’offrir

quelque présent, le temps de revenir à toi ?

– 01460018 (VOIX DU POÈTE) –

Tes cheveux sont-ils encore plus longs que notre vie

(Omrina) et les arbres des nuages qui te tendent le ciel

pour se maintenir en vie ? (Lyahya)

Enfante-moi, pour que je boive à ton sein le lait

du Pays (Elbiladi), que je reste enfant dans tes bras

jusqu’à la fin des temps (abdi l’abidine).

J’ai beaucoup vu ô mère, beaucoup vu (Raâytou).

Enfante-moi pour que je reste sur tes paumes

(Rahatayki). Chantes-tu et pleures-tu toujours

pour rien quand tu m’aimes (Lachayë).

Mère : j’ai égaré mes mains sur les hanches d’Ube

femme chimérique (Sarabin).

J’étreins le sable, j’étreins l’ombre (Dilla).

Puis-je revenir à toi, puis-je revenir à moi (ILaya) ?

Ta mère a une mère ; les figuiers du jardin

ont des nuages (Raymoun),

alors, ne me laisse pas seul, errant (Charidan),

je veux tes mains pour porter mon cœur (Kalbi).

Je me languis du pain de ta voix, mère (Oummi) !

Je me languis de tout. Je me languis de toi.

Je me languis de moi.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...