RSS

1.L’aveugle et la mandoline (1re partie)

11 juin 2009

1.Contes

L’aveugle et la mandoline (1re partie)

Cet aveugle jouait admirablement de la mandoline. La musique était son gagne-pain. Qu’eût-il fait sans son instrument ? Il organisait dans sa petite chambre des soirées de thé pour la jeunesse.

Il connaissait d’innombrables airs et d’ailleurs n’avait pas de difficultés à en improviser de nouveaux. Tandis qu’il jouait, les jeunes gens dansaient. Puis on buvait. Quelques feuilles de thé, ce n’est pas onéreux et l’eau est gratuite. On bavardait, on chantait, puis en partant, ceux qui le pouvaient laissaient sur son petit plateau de cuivre quelque menue monnaie qui suffisait à l’aveugle pour acheter son pain, quelques épices et le peu de charbon nécessaire à son canoune (petit fourneau de terre).
Lorsqu’un jour, les jeunes qui ont toujours le goût de l’aventure entendirent parler d’un château hanté. Ils s’exaltèrent sur le projet d’y emmener notre aveugle puisque celui-ci ne saurait rien de l’endroit où on l’attirerait et ne verrait certainement pas les fantômes. Ils s’amusaient cruellement à la pensée de l’infirme ainsi aux prises avec les revenants.
Ils préparèrent quelques gâteaux et quelques victuailles et allèrent de concert trouver le musicien :
«Ya Baba ! Nous sommes invités à une grande soirée. Veux-tu venir avec nous pour jouer de ta mandoline ? Il y aura un bon repas ! Tu feras ton thé. Tu mettras ton plateau et nous te garantissons une belle recette !»
L’aveugle accepta. On l’amena. (Dieu sait où les aveugles peuvent être amenés !)
Les garçons avaient invité des camarades pour grossir le nombre des figurants de la fête et s’amuser avec eux de la bonne farce faite à l’infirme.
Celui-ci, bien innocent, joua de son mieux. Mais, sans qu’il s’en aperçoive, vers 23h 50, les gars s’en allèrent sur la pointe des pieds. Car les fantômes avaient l’habitude de se présenter à l’heure précise de minuit.
L’infirme, n’entendant plus rien, constata qu’il restait seul et sans plus se soucier — se drapa dans son burnous, mit sa mandoline par terre, posa sa tête dessus et s’endormit. (à suivre…)

Tiré des Contes mystérieux d’Afrique du Nord de Jeanne Scelles-Millie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...