RSS

5.Les époux de la baignoire fatale (5e partie)

6 juin 2009

Non classé

Les époux de la baignoire fatale (5e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 4e partie : Monté voir si sa femme a fini de prendre son bain, Llyod la découvre morte dans sa baignoire où elle s’est noyée.

Le coroner – officier de la police judiciaire dans les pays anglo-saxons – arrive quelques instants après. Le corps, ruisselant d’eau d’Elizabeth Llyod, est toujours sur le sol.
«a première vue, dit le docteur Bates, il s’agit d’une mort accidentelle.»
Le coroner regarde la baignoire et s’exclame.
— Comment peut-on se noyer dans une aussi petite baignoire… Un enfant, peut-être, mais pas un adulte !
— elle a dû avoir un malaise.
Le docteur Bates explique.
— J’ai reçu cette dame et son époux dans mon cabinet, hier. La femme était indisposée et souffrait de maux de tête et d’étourdissements. Elle avait également un peu de fièvre… Je suppose que ses malaises l’ont reprise et qu’elle a glissé dans l’eau…
— Nous allons quand même procéder à l’autopsie du corps… Je vous charge de la faire, docteur.
En attendant de faire transférer le corps, le coroner interroge l’époux de la défunte qui semble très peu affecté par ce qui vient de se passer.
«J’étais au salon, tandis qu’elle prenait son bain. Puis je suis sorti faire une course. C’est quand je suis revenu que j’ai constaté que ma femme n’était pas descendue de la chambre… On devait se retrouver au salon!»
Le coroner regarde avec méfiance cet homme que le décès de sa femme laisse presque indifférent.
— Je vous demande de rester sur place jusqu’aux résultats de l’autopsie.
Au docteur Bates, qui effectue l’autopsie, le coroner demande de rechercher des traces de violence sur le corps.
Après avoir examiné le corps, le docteur relève une meurtrissure au coude gauche de la victime.
— Cela signifie-t-il qu’elle a subi des violences ?
— Non, je pense qu’elle s’est fait cette marque en tombant dans la baignoire ; je pense également qu’elle a été victime d’une crise cardiaque et qu’elle a convulsé… elle avait de l’écume à la bouche !
— Votre conclusion docteur ?
— Mort accidentelle !
— Je peux donc laisser le mari aller librement ?
— Oui, il n’a rien à voir dans la mort de son épouse.
Le coroner et le médecin retournent à la pension. Llyod accueille avec froideur les deux hommes.
— Je peux procéder à l’enterrement et partir ?
— Oui, dit l’officier de police.
Llyod se retourne vers la propriétaire de la pension.
— Indiquez-moi où je puis trouver un cercueil… Le moins cher possible !
Après l’enterrement, il règle la pension et s’en va. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...