RSS

4.Hantises (4e partie)

5 juin 2009

Non classé

Hantises (4e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 3e partie :Ali et sa famille vont enfin emménager dans leur nouvelle maison, située dans la banlieue d’Oran : une belle maison coloniale achetée à bon prix.

Ali se penche vers le chien et le caresse.
— Voyons, Black, qu’est-ce que tu as ? Pourquoi ne veux-tu pas entrer ?
C’est l’occasion pour la vieille Hadda de rappeler qu’elle est là contre son gré.
— ça ne lui plaît pas ! lâche-t-elle, il préfère notre vieille maison de campagne !
— Désormais, c’est ici notre maison !
Il pousse le chien qui finit par entrer dans la cour. Mais il court se blottir contre un pan de mur.
— Cette bête ne cessera pas de m’étonner !
Omar, l’aîné des garçons, va vers lui.
— Voyons, Black, tu es devenu peureux à ce point ?
L’animal se jette aussitôt sur lui, lui lèche les mains et le visage, comme s’il cherchait sa protection.
— Allons, allons, rit Omar, lâche-moi !
Le chien le lâche mais c’est pour retourner dans son coin. Mais la famille ne pense déjà plus à lui !
— Comme le jardin est grand ! s’exclame Zahia
— N’est-ce pas ? dit ali. Il est un peu en friche mais je vais recruter un jardinier qui y mettra de l’ordre !
La vieille Hadda intervient ;
— Pourquoi un jardinier ? C’est un travail que je peux faire moi-même !
— C’est un peu trop pour toi, dit Ali
—Et moi je te dis que je peux m’en occuper !
— D’accord, d’accord, dit Ali, qui ne veut pas irriter sa mère ;
— Tu m’apporteras les graines et les plants que je te dirai… nous cultiverons toutes sortes de légumes ici…
— Il faut laisser de la place aux fleurs, dit Zahia
— Les fleurs ? dit Hadda. Pour quoi faire ? ça ne se mange pas !
Ali a envie d’éclater de rire mais il n’en fit rien, toujours pour ne pas irriter sa mère ;
— On entre dans la maison ? dit-il
— Oui, dit Zahia
— Au nom de Dieu clément et Miséricordieux, dit Hadda, nous entrons dans cette maison, avec les meilleures intentions… Fasse que ses gardiens invisibles nous accueillent bien et que nous y trouvions tout le bonheur !
— Amen dit Ali.
On s’émerveille de la longueur du couloir ;
— C’est comme les maisons modernes, dit Hadda, déçue, ça ne rappelle pas nos vieilles maisons de campagne !
— C’est une villa, dit Ali, il y a toutes les commodités !
Zahia, elle, est très contente d’habiter dans une maison moderne. Les enfants, fous de joie, vont d’une pièce à l’autre. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...