RSS

2.Hantises (2e partie)

5 juin 2009

Non classé

Hantises (2e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 1re partie : A la fin des années 1960, Ali B., qui habitait jusque-là, la campagne, a acheté une maison de maître à Oran.

Comme prévu, la vieille Hadda refuse d’aller habiter dans la grande ville.
— Comment, gronde-t-elle son fils, parles-tu d’abandonner la terre de tes ancêtres ? C’est dans cette maison que tu es né et que ton père est né ! C’est ici que sont nés tes enfants !
Ali lui parle doucement.
— Mère, le village se meurt ! Mes deux frères sont partis à l’étranger, mes cousins sont allés vivre dans la grande ville, et les gens n’arrêtent pas de s’exiler !
— Les autres sont partis parce qu’ils n’ont pas de travail, toi, tu as une bonne situation !
— Je ne travaille pas au village !
— Mais tu peux y revenir tous les jours !
— Tous mes clients sont en ville… Et puis, je voudrais aussi améliorer notre confort, envoyer les enfants à l’école, te soigner… Ici, il n’y a ni médecin ni hôpital !
La vieille secoue la tête.
— On est bien ici !
— Imagine que tu tombes malade…
— Je suis déjà malade !
— A Oran, tu seras mieux prise en charge !
Elle le repousse des deux mains.
— Va, va, prends tes enfants et ta femme et va habiter en ville, moi je reste ici, je garderai la maison… Peut-être tes frères reviendront-ils un jour !
C’est au tour de Ali de secouer la tête.
— Mère je ne peux te laisser ici !
— Alors reste !
— Je viens de t’expliquer pourquoi je veux partir !
— Je ne peux vivre enfermée dans un appartement vingt-quatre heures sur vingt-quatre !
Ali éclate de rire.
—Tu croyais que c’était un appartement ? C’est une maison, maman, une maison comme celle-ci ou même mieux puisque c’est une maison de roumis ! Avec un étage, un jardin… Oui, un grand jardin où tu pourras planter tout ce que tu voudras :
La vieille fait quand même la moue :
— Une maison de roumis… elle doit être souillée !
Ali rit encore.
— Nous la désinfecterons !
— Tu as dit un jardin, de la terre…
— Oui, c’est très aéré, comme ici !
La vieille secoue la tête :
— Comme ici, tu ne trouveras pas… bon, je veux bien partir avec vous mais si cela ne me plaît pas, je reviendrai ?
— C’est promis ! Mais je suis sûr que ça te plaira !
Ali a gagné la manche. Il va aussitôt l’annoncer à sa femme.
— Je vais engager les travaux de rénovation dès demain, dès que ce sera fini, nous emménageons ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...