RSS

42.L’épopée de Djazia (42e partie)

4 juin 2009

Non classé

L’épopée de Djazia (42e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 41e partie : Djazia, qui se réjouit avec ses amies, surprend Dhiyâb en train de manger les artichauts qu’elle a plantés. Elle le chasse, en colère.

Elle retourne dans la tente et dit :
— C’est un jeune homme impertinent ! il mangeait mes artichauts ! il les aurait tous croqués si je ne l’avais pas chassé !
Une jeune fille intervient.
— Je l’ai entrevu pendant que tu te disputais avec lui, c’est Dhiyâb Ben Ghanem !
— Son père est mort, il ne lui a laissé pour bien qu’un troupeau de brebis !
Djazia a aussitôt une idée.
— Des brebis et combien en a-t-il ?
— quarante !
— nous sommes quarante, dit la jeune femme, en m’offensant, il vous a également offensées, aussi avons-nous le droit de nous venger
de lui !
— comment ? dit une des filles.
— nous allons nous emparer chacune d’une de ses brebis, les égorger et les rôtir.
Nous considérerons alors que l’affront qu’il nous a fait subir a été lavé !
— C’est une bonne idée ! s’écrient les filles !
— il ne va pas nous laisser nous emparer de son troupeau sans réagir, dit une fille.
— C’est un noble homme, il ne lèvera pas la main sur des femmes !
Elles quittent la tente et prennent la direction du lieu où Dhiyâb fait paître son troupeau. Elles se lancent alors vers les bêtes et sous le regard surpris de Dhiyâb, s’emparent d’une brebis chacune, ne laissant du troupeau, que le bélier.
— Ola ! s’écrie Dhiyâb, qui ne s’attendait pas qu’on lui enlève ses bêtes, que faites-vous ! Ces bêtes m’appartiennent !
— Les artichauts que tu as mangés m’appartenaient également.
— Des brebis contre quelques artichauts, dit Dhiyâb, ce n’est pas juste !
— Telle est la loi du désert, dit Djazia.
Et elle donne l’ordre à ses compagnes de se replier vers la tente où elles ont leurs quartiers.
Dhiyâb, lui, regarde tristement ses bêtes partir, sans réagir.
Cependant, Djazia et ses compagnes arrivent à la tente, en traînant les brebis.
— Qu’allons-nous en faire ? demande une fille
— Un festin, dit Djazia. Ne l’avons-nous pas mérité ?
La première, elle, saisit un couteau et égorge sa brebis. Les autres filles, encouragées, font de même.
En quelques instants, le troupeau de Dhiyâb, sa seule richesse, gît dans une mare de sang. Les jeunes filles dépècent les bêtes et, improvisant des broches, allument des feux et mettent les carcasses à rôtir. Bientôt un fumet délicieux de viande rôtie emplit la contrée.
— N’est-ce pas meilleur que les artichauts ? dit Djazia en riant.
— Oui, dit une des filles, mais ce jeune homme, qui a une noble allure, a perdu le seul bien qu’il possédait !
— il n’a que ce qu’il mérite, dit Djazia, il n’avait pas à s’attaquer à moi ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...