RSS

3.Un mariage en or (3re partie)

4 juin 2009

Non classé

Un mariage en or (3re partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 2e partie : Djahida constitue avec difficulté son trousseau de mariée, tellement les choses sont chères. Sa mère doit même vendre les quelques bijoux qui lui restent pour la satisfaire.

Mais hélas, même si on ajoute à la somme disponible – l’argent des bracelets et des boucles de Yamina – ce n’est toujours pas suffisant.
— J’aurais aimé prendre avec moi au moins trois colliers, des bracelets, une gourmette, cinq bagues !
Sa mère s’exclame.
— Cinq bagues, mais pour quoi faire ?
— tu n’as pas vu Aldjia, la fille de la tante Zoulikha ? a son mariage, elle avait une bague à chaque doigt !
— Tu oublies que le grand père de Aldjia est un ancien émigré et qu’il a une pension en devises ?
— Et ta nièce Ouarda, alors…
— Quoi, ma nièce ?
— La fille de ton frère… elle portait à son mariage une ceinture de louis d’or !
— C’est un legs de sa grand-mère… elle ne lui appartient pas en propre… elle est à sa mère, qui la prêtera à chacune de ses filles qui se mariera !
— Legs ou pas, elle portait une ceinture en or à son mariage !
La jeune femme ferme les yeux, rêveuse :
— Ah… Tous les regards étaient braqués sur elle… il n’y avait pas que la ceinture… elle portait plusieurs colliers et de lourds bracelets…
Yamina hausse les épaules.
— La plupart des bijoux qu’elle portait étaient empruntés !
— Comment le sais-tu.
— Je le sais par sa mère !
— mais les gens, je les ai entendus, moi, louer la mariée ! ah, elle était merveilleuse !
— Je préfère avoir une ou deux choses à moi plutôt que dix empruntées !
— Les gens ne prennent en considération que ce qu’ils voient !
— Alors, tu agis en fonction des gens, toi ? dit Yamina avec colère.
— Bien sûr… Ce sont les gens qui font de nous ce que nous sommes !
Yamina va répondre quand la jeune femme l’arrête.
— Ecoute…
— Que vas-tu encore dire ?
— Je crois qu’on peut résoudre mon problème d’or !
— Tu vas voler une banque ? ironise Yamina.
— Non, je veux emprunter les bijoux que je ne peux pas acheter !
— Quoi…
— Oui, à commencer par la ceinture en or de ta belle-sœur ! Et les bracelets, les colliers… Les gens croiront qu’ils m’appartiennent et je brillerai de mille feux ! qu’est-ce que tu en dis ?
— Je dis que tu es folle ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...