RSS

2.Le mystère des Bermudes (2e partie)

4 juin 2009

Non classé

cartebermudes.jpgCela s’est passe un jour/ Aventures, drames et passions célèbres
Le mystère des Bermudes (2e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 1re partie : Le mystère des Bermudes commence au XVIIe siècle.

En cinglant, en ce début du mois de juillet de l’an de grâce 1609 en direction de la Virginie, nouvelle colonie de Sa Majesté la reine d’Angleterre en Amérique, le capitaine George Somers ne se doutait pas qu’il allait vivre l’aventure de sa vie. Son bateau, «Le Venture», transporte 150 colons anglais, résolus de chercher la fortune dans le Nouveau Monde. Il y a des hommes, des femmes et des enfants, et tous ont confiance dans le chef de l’expédition, un navigateur expérimenté, qui a déjà mené plusieurs groupes de colons par les mers. Ce n’est pas un homme qui se laisse impressionner. Pourtant, une nuit, alors qu’on approchait de la «zone du diable», il a été le témoin d’un phénomène qui l’a bouleversé : une sorte de lumière a jailli, on ne sait d’où et s’est mise à danser, comme une chose vivante, allant d’un hauban à un autre. La «chose» a, ensuite, pris d’assaut le mât, s’est maintenu dessus, à mi-hauteur, avant de diminuer d’intensité, puis de disparaître.
«Qu’est-ce que c’est que ?» se demande Somers. La lumière réapparaît brusquement. Elle se met de nouveau à scintiller, comme une étoile, puis disparaît de nouveau.
Il regarde autour de lui, mais s’aperçoit qu’il est seul. C’est une chance qu’un membre de l’équipage ou un passager n’ait pas assisté à cette étrange scène. Il aurait certainement été effrayé et il aurait transmis sa peur à d’autres et la panique se serait installée à bord.
Bien sûr, Somers a entendu parler de cette zone du Diable, et ce qui lui paraissait jusque-là comme une superstition, devient réalité : il y a, dans ces parages de l’océan, une force maléfique qui vient de se manifester en lui. Il gardera, bien sûr le secret, mais il va se confier à son journal de bord. Son témoignage, qui sera connu plus tard, va inspirer à Shakespeare une de ses œuvres les plus célèbres : La Tempête, où la lumière mystérieuse sera représentée par l’esprit Ariel.
On se rappelle ce passage de la pièce où Ariel, vantant ses exploits, s’exclame : «J’ai abordé le navire du roi, tantôt sur le bec, tantôt sur le tillac, sur la dunette, dans chaque cabine, j’ai suscité la surprise…»
En attendant que Shakespeare écrive ces passages immortels, Sir Somers va tout faire pour éloigner, au plus vite, son bateau, de cette zone maudite !
Hélas, alors que jusque-là on voguait sur une mer tranquille, poussée par des vents moyens, voilà que le ciel se couvre brusquement et que les flots se mettent à monter.
Une tempête s’annonce et Somers sait que dans ces zones de l’océan, elles peuvent être terribles. Et celle qui s’annonce va l’être particulièrement.
Très vite, des éclairs terrifiants zèbrent le ciel et le tonnerre fait rouler un infernal grondement de tambour.
«La tempête arrive !»
La mer se gonfle et les vagues atteignent des hauteurs qui épouvanteraient les marins les plus expérimentés.
Sir George Somers, qui sait garder son sang-froid, a fait mettre les femmes et les enfants à l’abri, mais a gardé, sur le pont, tous les hommes. Prenant lui-même le gouvernail, il crie à son équipage les ordres. (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “2.Le mystère des Bermudes (2e partie)”

  1. Webmaster Dit :

    Géographie
    du Triangle des Bermudes

    L’appellation « Triangle des Bermudes » revient au journaliste Vincent Gaddis dans un article du magazine Argosy en 1964 : « The Deadly Bermuda Triangle ». Il décrit une zone coincée entre les îles des Bermudes, la Floride (Etats-Unis) et Porto-Rico, dans laquelle des disparitions inexpliquées d’avions et de navires surviennent. Situé dans l’océan Atlantique, sous le tropique du Cancer, sa superficie atteint 120 millions d’hectare.

    Cette situation tropicale combinée à des eaux chauffées par le Gulf Stream (courant marin chaud traversant le triangle des Bermudes) est propice à l’apparition régulière de violentes tempêtes, qui se transforment parfois en ouragans. Ces conditions météorologiques chaotiques sont souvent imprévisibles.
    Mais ce n’est pas tout. La topographie des fonds marins dans le triangle est également particulière. Des bancs très étendus où les eaux sont peu profondes côtoient les fosses les plus profondes de la planète. Avec les forts courants et les nombreux récifs présents, la zone est donc relativement dangereuse pour un navigateur non averti.

    Et pourtant, le trafic maritime est extrêmement important dans cette zone. Dès le moyen age, les navires qui rentraient en Europe passait à travers le triangle des Bermudes pour profiter des vents dominants qui leur permettaient de gagner un temps précieux. Même plus tard, les navires à vapeur puis à essence continuaient d’utiliser ce passage. Et aujourd’hui encore, beaucoup de routes maritimes le traverse.

    Le trafic aérien ne semble pas non plus avoir souffert de la légende. Beaucoup de routes aériennes entre l’Europe et l’Amérique centrale ou l’Amérique du sud passent au-dessus du triangle. De même, les avions circulant entre l’Amérique du Nord et du l’Amérique du Sud peuvent être amenés à survoler cette zone.

    Chaque jour, pour des milliers de navires et d’avions, le triangle de Bermudes est un passage quasi obligé. D’abord, parce qu’on ne change pas sa route à cause des légendes, mais aussi parce que le contournement du triangle serait une perte de temps énorme. D’ailleurs, le nom de « Triangle des Bermudes » n’est même pas reconnu par l’office américain des noms géographiques.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...