RSS

28.L’épopée de Djazia (28e partie)

3 juin 2009

Non classé

L’épopée de Djazia (28e partie)

Résumé de la 27e partie : Ayant appris que son père menace de tuer sa mère si elle ne donne pas les réponses aux questions qu’il lui a posées avant son départ dans sa famille, Dhiyâb va à sa rencontre.

N’est-ce pas, là, les réponses exactes aux questions de ton père ? Répète la Zénète.
Dhiyâb, très pâle, relève la tête.
— Tu es perdue !
— Quoi, s’écrie la jeune femme, ce ne sont pas les bonnes réponses ?
— Non, dit Dhiyâb.
— Tu te trompes certainement, mon fils, ces réponses m’ont été données par les sages de ma tribu, tous des hommes âgés et expérimentés !
— Les réponses qu’on t’a données sont évidentes, et elles satisferaient n’importe quel homme, mais pas Cheikh Ghanem, parce que, lui, cherche toujours les plus grandes difficultés !
La Zénète est effondrée.
— Je ne comprends pas qu’il puisse trouver mieux que ce que j’ai apporté… Si tu pouvais voir les cèdres de la montagne, tu verrais que j’ai raison : il n’y a pas d’arbres plus hauts ! Je le défie de m’en citer un seul !
Dhiyâb secoue la tête.
— Mère, mère, il y a plus haut que le cèdre ou que tout autre arbre et il y a même plus haut que les montagnes empilées les unes sur les autres !
— Et quelle est cette chose ? demande la jeune femme en fronçant les sourcils ;
— Ce qu’il y a de plus haut, te dira Cheikh Ghanem, c’est Dieu ! Et il aura raison, car il n’y a rien de plus haut que Lui, Créateur de toute chose !
La Zénète hoche la tête.
— Tu as raison, mon fils ! Comment n’y ai-je pas pensé ! Heureusement que tu es venu à ma rencontre ! Mais la deuxième question, elle, est sans doute juste…
— C’est vrai que le miel est la chose la plus douce qui soit, mais pas pour le Cheikh Ghanem… Rappelle-toi, il a toujours dit que la chose la plus douce pour un homme, c’est son enfant quand il joue sous la tente…
— Il n’aurait donc pas accepté ma deuxième réponse… Je suppose que la troisième est également fausse…
— Oui ! Le laurier-rose est bien amer, mais il y a plus amer que lui…
— Une autre plante ?
— Non mère, la mort… Ne dit-on pas que la mort est plus amère que le laurier-rose ?
— C’est vrai…
— Quant à la gazelle, elle a beau être l’animal le plus rapide et essouffler les lions qui la poursuivent, il y a plus rapide qu’elle !
— Et quelle est donc cette chose extraordinaire ?
— La flèche du chasseur qui la foudroie dans sa course !
— Mon fils, s’écrie la Zénète, tu me sauves d’une mort certaine !
— Rentre chez mon père et donne-lui les réponses que je viens de te donner, mais ne lui dis pas que tu m’as vu, autrement, c’est moi qu’il tuerait !
— Va mon fils, je ne dirai rien ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...