RSS

Une promesse trahie (4e partie et fin)

31 mai 2009

Non classé

Une ville, une histoire
Une promesse trahie (4e partie et fin)
Par Houria Bekiri

Résumé de la 3e partie: Le vœu de Malika est enfin exaucé. Elle a eu un beau garçon.

Quelques semaines après sa naissance, Safia lui rappelle son vœu.
— Il faudra apporter le mouton au ghrab, Malika !
— Il est trop tôt, maman, attendons encore que l’enfant grandisse un peu.
Mais Safia aura beau rappeler la promesse formelle faite au maître de la hadra, Malika repousse toujours la date de sa visite à la grotte. Et devant l’insistance de sa mère qu’elle taxe de superstition, elle finit par lui dire un jour :
— Ecoute maman, cet enfant c’est Dieu qui me l’a donné et personne d’autre !
— Je sais que c’est Dieu qui te l’a donné, Malika, mais une promesse est une promesse, tu dois garder ta niya. On ne sait jamais…
— Je ne crois pas à ces sornettes !
Mais au bout d’un an et demi après sa naissance, une fièvre d’origine inconnue, saisit le petit Seïfeddine. Les traitements des médecins ne sont d’aucun effet. La santé du bébé se détériore de jour en jour.
Et Safia, venue prendre des nouvelles de son petit-fils, dit à Malika :
— Ecoute ma fille, il faut absolument apporter le mouton noir au ghrab, et demander pardon au maître.
Et le mari de Malika pousse dans la cour de la grotte, un énorme bélier noir…
Malika et Safia sont reçues par la khdima qui les présente au maître soudanais.
— Sidi, dit Malika en prenant place près de lui, enveloppée dans son voile noir, le visage pâle, Sidi ! mon fils est très malade ! je t’ai apporté le mouton promis, Sidi, demande à Dieu et «ness el mlêh» de sauver mon fils, je t’en supplie.
Le maître a un sourire ironique…
— C’est maintenant que tu viens !
Et il hocha la tête, sans dire un mot de plus.
Safia et Malika auront beau le supplier, le Noir reste figé comme une statue, regardant droit devant lui.
Les deux femmes repartent, la mort dans l’âme.
Trois jours plus tard, le bébé rend l’âme et Malika n’aura plus jamais d’enfant.

H.B.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...