RSS

Une promesse trahie (3e partie)

31 mai 2009

Non classé

Une ville, une histoire
Une promesse trahie (3e partie)
Par Houria Bekiri

Résumé de la 2e partie : Au rythme des bendirs, les femmes sont entraînées dans un autre monde. Leur corps ne leur appartient plus. C’est la hadra.

Safia, exténuée, se retire près de l’entrée de la grotte où une femme lui sert un café qu’elle sirote, l’esprit et le corps apaisés, les nerfs détendus, heureuse.
Au cours de la deuxième pause, une femme oussifa apporte à Malika, sur sa demande, une grosse poignée d’encens qu’elle cache dans son sac, et elle détache sa ceinture de laine tressée qu’elle remet à la servante du maître. Ce dernier la portera autour du cou quand il entrera dans la danse à son tour…
Brusquement, les bendirs et les castagnettes reprennent, et le maître, la tête recouverte d’un aâlem rouge, s’avance. Après quelques balancements, il s’échauffe au milieu des youyous. Il est seul sur la piste. Autour de son cou, plusieurs ceintures de femmes stériles.
«Allah ! Allah !», le refrain repris par des dizaines de voix mâles résonne sous les voûtes… Le maître entre en transe, bondissant à droite et à gauche, comme possédé…
Quand la nouba s’achève, Malika et sa mère se présentent devant le maître assis sur une peau de mouton. Il tend à la jeune femme sa ceinture en souriant.
— Que Dieu te donne la baraka !
— Merci, sidi ! répond Malika
— Quand naîtra ton fils, viens et rapporte-moi un mouton noir !
— Bien sûr, sidi ! je le promets !
Et les deux femmes repartent chez elles, Safia ressentant une nouvelle vigueur et Malika pleine d’espoir.
— Si seulement, la baraka me touchait, maman !
— Il faudra absolument apporter le mouton, comme promis, Malika. Il ne faut pas transgresser les coutumes et ne pas tenir les promesses.
— Oh ! maman, pourvu que j’aie un enfant, je donnerais tout ce que je possède !…
Et neuf mois après, presque jour pour jour, Malika accouche d’un garçon prénommé Seïfedinne.
C’est un beau garçon, en parfaite santé, et le bonheur de sa maman est sans pareil. (à suivre…)

H.B.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...