RSS

9.La gardeuse d’oies (9e partie)

31 mai 2009

Non classé

La gardeuse d’oies (9e partie)

Résumé de la 8e partie n Sous les yeux ébahis du comte, la gardeuse d’oies laide et ratatinée se révéla être la plus belle femme qu’il ait jamais vue de sa vie !

A peine osait-il respirer, mais il allongeait le cou à travers le feuillage autant qu’il pouvait, et il la regardait sans détourner les yeux; soit qu’il se fût penché trop, ou pour une autre cause, une branche vint à craquer tout à coup, et au même instant la jeune fille se trouva cachée sous la peau; elle bondit comme un chevreuil, et la lune s’étant voilée en ce moment, elle fut dérobée à son regard.
A peine avait-elle disparu que le comte descendit de l’arbre et se mit à la poursuivre en toute hâte. Il n’avait fait que quelques pas, lorsqu’il vit dans le crépuscule deux personnes qui marchaient à travers la prairie. C’étaient le roi et la reine, qui de loin avaient aperçu une lumière dans la maison de la vieille, et s’étaient dirigés de ce côté.
Le comte leur raconta quelles merveilles il avait vues près de la fontaine, et ils ne doutèrent point que celle dont il parlait ne fût leur fille perdue. Ils avancèrent tout joyeux, et arrivèrent bientôt à la maison.
Les oies étaient rangées alentour ; elles dormaient la tête cachée sous les ailes, et aucune ne bougeait. Ils regardèrent en dedans du logis par la fenêtre et aperçurent la vieille qui était assise tranquillement et filait, penchant la tête et sans détourner les yeux.
Tout était propre dans la chambre, comme si elle eût été habitée par ces petits sylphes aériens qui n’ont point de poussière à leurs pieds. Mais ils ne virent point leur fille. Ils considérèrent tout cela pendant quelques instants ; enfin ils prirent courage et frappèrent doucement à la fenêtre.
On eût dit que la vieille les attendait, car elle se leva et cria d’une voix amicale : «Entrez, je vous connais.»
Quand ils furent entrés dans la chambre, la vieille dit : «Vous auriez pu vous épargner cette longue route, si vous n’aviez pas, il y a trois ans, renvoyé injustement votre fille, qui est si bonne et si gracieuse. Elle n’y a rien perdu, car elle a pendant trois ans gardé les oies : durant tout ce temps-là, elle n’a rien appris de mauvais et a conservé la pureté de son cœur. Mais vous êtes suffisamment punis par l’inquiétude où vous avez vécu.» Puis elle s’approcha de la chambre et dit : «Sors, ma chère enfant.» (à suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...