RSS

3.Les six compagnons qui viennent à bout de tout (3e partie)

31 mai 2009

Non classé

Les six compagnons qui viennent à bout de tout (3e partie)

Résumé de la 2e partie n Le soldat remporte haut la main l’épreuve à laquelle le roi soumet son peuple.

Mais le roi et sa fille, furieux de voir que le vainqueur était un misérable soldat licencié, résolurent de le faire périr, lui et tous ses compagnons. Le roi dit à sa fille : «J’ai trouvé un bon moyen : n’aie pas peur, ils n’y échapperont pas.» Puis, sous prétexte de les régaler, il les fit entrer dans une chambre dont le plancher, les portes et les fenêtres étaient en fer.
Au milieu de l’appartement trônait une table chargée d’un repas somptueux. «Entrez, leur dit le roi, et régalez-vous.» Et quand ils furent à l’intérieur, il verrouilla toutes les portes de l’extérieur. Puis il ordonna à son cuisinier d’entretenir du feu sous la chambre, jusqu’à chauffer à blanc le plancher de fer. Le cuisinier s’exécuta et les six compagnons qui étaient à table commencèrent à avoir chaud, ils crurent d’abord que cela venait de l’activité avec laquelle ils mangeaient, mais la chaleur augmentant toujours, ils voulurent sortir et s’aperçurent alors que les portes et les fenêtres étaient fermées et que le roi avait voulu leur jouer un mauvais tour. «Mais il rate son coup, dit l’homme au petit chapeau, car je vais faire venir un froid devant lequel il faudra bien que le feu recule.» Alors il posa son chapeau tout droit sur sa tête et il fit un tel froid que toute la chaleur disparut.
Au bout de deux heures, le roi, convaincu qu’ils étaient tous cuits, fit ouvrir les portes et vint lui-même constater le résultat. Mais il les trouva tous les six frais et dispos, disant qu’ils étaient heureux de pouvoir sortir pour aller se chauffer un peu, parce qu’il faisait tellement froid dans la chambre que les plats en avaient gelé sur la table. Le roi, plein de colère, alla trouver le cuisinier et lui demanda pourquoi il n’avait pas exécuté ses ordres. Le cuisinier lui répondit : «J’ai chauffé au maximum, voyez vous-même.» Le roi reconnut, en effet, qu’on avait entretenu un feu violent dans le four au-dessous de la chambre, mais que les six compagnons n’en avaient pas souffert.
Le roi cherchant toujours à se débarrasser de ces hôtes incommodes, fit venir le soldat et lui dit : «Si tu veux abandonner tes droits sur ma fille, je te donnerai autant d’or que tu voudras.
— Volontiers, sire, répondit l’autre ; donnez-moi seulement autant d’or qu’un de mes serviteurs en pourra porter et j’abandonne la princesse.»
Le roi était enchanté. Le soldat lui dit qu’il reviendrait chercher son or dans quinze jours. En attendant, il convoqua à l’instant même tous les tailleurs du royaume et les loua pour quinze jours afin de lui coudre un sac. (à suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...