RSS

18.Kaspar Hauser, l’énigme du XIXe siècle (18e partie)

31 mai 2009

Non classé

Cela s’est passe un jour/ Aventures, drames et passions célèbres
Kaspar Hauser, l’énigme du XIXe siècle (18e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 17e partie n Sous la direction du professeur Georg Daumer, Kaspar fait des progrès considérables : il apprend même l’histoire et la géographie.

.

Tandis que Kaspar lit un texte d’histoire sur Hanovre, le professeur Daumer l’observe attentivement. Les doigts du jeune garçon sont très fins, comme ceux d’une jeune fille, et il y a beaucoup de noblesse dans ses manières. Il est difficile de croire que le jeune homme ait vécu enfermé dans un réduit, tout au long de sa vie. En tout cas, il ne ressemble guère aux enfants sauvages dont la littérature a tant parlé.
Et le professeur de penser : «Et si ce garçon était de noble origine ? Et s’il s’agissait d’un prince qu’on avait enlevé et enfermé quelque part dans la campagne, pour l’écarter du règne ?»
– Kaspar, dit le professeur, arrête de lire…
L’adolescent lève un regard surpris vers son maître.
– Je lis mal, professeur ?
– Non, non, tu lis très bien…. Seulement je voudrais te poser des questions…
– Je vous écoute, professeur !
Le professeur le regarde attentivement, puis pose la première question.
– Dis moi, Kaspar, tu faisais des rêves pendant que tu étais enfermé, dans ton réduit ?
Kaspar réfléchit.
– Oui, professeur, je rêvais souvent…
– Tu peux me décrire certains de ces rêves ?
Kaspar réfléchit encore.
– Oui… Je voyais souvent l’homme en noir…
– Celui qui s’occupait de toi ?
– Oui…
– Tu voyais d’autres personnes ?
– Je voyais des gens, mais pas leurs visages…
– C’est tout à fait normal, puisque des gens, tu n’en voyais plus depuis longtemps… Mais, dis moi, tu ne rêvais pas d’autres lieux?
– Si, dit Kaspar, je voyais parfois une grande et belle maison….
Le professeur sursaute.
– Une grande maison ?
Kaspar prend son livre d’histoire et le feuillette. Il montre l’image d’un château.
– Une maison pareille à celle-là…
– Tu en es sûr ? Ce n’est pas maintenant que tu vois ces images que tu en rêves?
– Non, non, c’était avant… Quand j’étais seul et enfermé… Je rêvais aussi d’un grand jardin et d’un grand cheval de bois, avec lequel je jouais !
– Tu avais un cheval à bascule dans ton réduit…
– Non, celui de mes rêves était plus beau et plus grand ! (à suivre…)

K. N.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...