RSS

« En rang d’Oignon »

13 mai 2009

Non classé

« En rang d’Oignon »

Signification 

 Sur une seule ligne.

Origine :

Au début du XVIIe, cette expression signifiait « prendre place quelque part où l’on n’est pas invité ». On a longtemps cru qu’il s’agissait d’une allusion à la façon que les paysans avaient d’attacher les oignons ensemble avec de la paille : du plus gros au plus petit. Cependant, il ne faut pas lire « rang d’oignons », comme les légumes, mais « rang d’Oignon », comme le maître de cérémonies Artus de la Fontaine Solaro, baron d’Oignon. Il était chargé d’attitrer des places aux députés sous Henri II et se fit connaître grâce à la sévérité avec laquelle il faisait se serrer les rangs et respecter les places données.

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

4 Réponses à “« En rang d’Oignon »”

  1. Webmaster Dit :

    Mettre en rang d’Oignon
    Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.
    Aller à : Navigation, rechercher

    Voir « en rang d’oignon » sur le Wiktionnaire.

    L’origine de l’expression « mettre en rang d’oignon » ne provient pas du jardinage, et de la culture de l’oignon en rangées comme on le pense généralement .

    Cette expression vient du nom d’Artus de la Fontaine Solaro, baron d’Oignon par ailleurs seigneur de Vaumoise.

    Ce noble était l’organisateur des fêtes et cérémonies du roi de France, Henri II, il attribuait leurs places aux seigneurs en fonction de leur rang protocolaire, ce qui exaspérait certains d’entre eux qui, par dérision, se considéraient en « rangs d’Oignon. »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mettre_en_rang_d%27Oignon

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Webmaster Dit :

    I
    Origine du proverbe Ranger en rang d’oignons.

    JE suis persuadé qu’aucun des lecteurs de la Revue Nobiliaire ne soupçonne que le proverbe Ranger en rang d’oignons ait quelque rapport avec la Noblesse ? Rien n’est plus vrai, cependant ; et si la Noblesse n’eût pas existé, ce proverbe bizarre n’aurait jamais pris naissance.

    Voici cette piquante étymologie, qui non seulement est restée comme tradition dans le pays où est situé le hameau qui y a donné lieu, mais qui encore est consignée en substance dans un grave historien, l’abbé Carlier (1).

    Sur les fertiles coteaux arrosés par la petite rivière d’Aunette, à une lieue de l’antique cité de Senlis, aujourd’hui modeste sous-préfecture du département de l’Oise, s’élève une maison de plaisance qui a remplacé un ancien castel détruit par le vandalisme des hommes aidés de la main du temps : c’est le château de la séculaire baronie d’Ognon (2).

    Ognon, voilà un nom bien ridicule, n’est-ce pas ? D’où vient-il ? Je n’en sais rien, et comme il serait difficile de former là-dessus des conjectures, je ne l’essaiera pas. Toujours est-il que l’origine de la baronnie d’Ognon se perd dans la nuit des temps.

    Or, vers l’an de grâce 1515, Artus de la Fontaine-Solare, d’une noble et ancienne famille (3) qui depuis près d’un siècle possédait de père en fils la capitainerie de Crespy, était seigneur d’Ognon ; il prenait les qualités de baron d‘Ognon, capitaine de Crespy, seigneur de Fontaine, Vaumoise et autres lieux. C’était un homme d’un grand mérite, comme nous le voyons dans l’historien du Valois, et il était très-considéré à la cour. Et ce qui le prouve, ce sont les charges honorables dont il fut revêtu.

    Je viens de mentionner qu’il était capitaine de Crespy, ce qui le faisait pour ainsi dire gouverneur du duché de Valois ; mais, outre cette charge, qu’il ne devait peut-être qu’aux services et à la noblesse de ses pères, et à sa position dans le pays, il en eut d’autres, plus brillantes encore, qu’il ne dut qu’à son propre mérite : il fut deux fois revêtu du caractère d’ambassadeur près les cours de Vienne et de Constantinople, et il obtint la lieutenance générale de l’Ile-de-France.

    Mais la charge qu’il posséda le plus brillamment, et qui doit nous occuper davantage, est celle de maître des cérémonies, qu’il exerça sous les règnes de François Ier, de Henri II, de Charles IX et de Henri III.

    La charge de maître des cérémonies, mes lecteurs le savent mieux que moi, a bien diminué de son importance ; c’était autrefois une des premières de la cour ; il fallait passer par ceux qui la possédaient pour arriver au Roi, et les plus grands seigneurs ambitionnaient l’honneur de la remplir. Mais il y avait aussi le revers de la médaille, et, comme toute chose en ce bas monde, cet emploi si envié avait son mauvais côté.

    Le maître des cérémonies, qui devait présider aux fêtes, y empêcher le désordre, mettre chacun à sa place et souvent diriger des marches qui étaient fort difficiles dans le Paris de ce temps, dont les rues étaient étroites et tortueuses, le maître des cérémonies, dis-je, devait nécessairement choquer quelquefois l’orgueil ou les prétentions des seigneurs de la cour.

    Le baron d’Ognon, qui remplissait ses fonctions avec zèle et justice, se vit donc en butte aux susceptibilités blessées de plusieurs courtisans. «La contrainte de ceux qu’il arrangeait ainsi, dit encore l’historien du Valois, fit naître à quelque plaisant l’idée des oignons qu’on arrange sur les glanes sans laisser d’intervalles. L’allusion du nom de la terre d’Oignon avec le nom de cette plante fortifia cette idée ; on la trouva facétieuse et on l’appliqua aux circonstances des cérémonies, des marches et des repas où l’on est trop serré.»

    Telle fut l’origine du proverbe Ranger en rangs d’oignons.

    Pour ce qui est d’Artus, il mourut dans un âge assez avancé, lieutenant général de l’Ile-de-France, et laissa la baronnie d’Ognon à son fils François de la Fontaine, gouverneur de Pont-Sainte-Maxime, et qui, s’étant rendu caution d’une grande somme pour la reine Marie de Médicis lorsqu’elle sortit de France en 1630, fut dans la nécessité de vendre ses terres et ses charges pour faire honneur à ses engagements. Il mourut le 30 janvier 1632.

    La terre d’Ognon avait été achetée en 1630 par Jean-François l’Ecuyer, qui devint (4) plus tard conseiller à la Cour des Comptes, et enfin elle passa vers 1670 à la famille Titon (5), dans laquelle elle resta jusqu’après la Révolution.
    http://www.bmlisieux.com/curiosa/caix01.htm

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Webmaster Dit :

    Henri II (né à Saint-Germain-en-Laye, le 31 mars 1519 et mort le 10 juillet 1559 à Paris), est roi de France de 1547 à sa mort. Deuxième fils de François Ier et de Claude de France, il devient l’héritier du trône à la mort de son frère aîné en 1536. Il reçoit alors les titres de dauphin et de duc de Bretagne. Couronné roi de France le 25 juillet 1547 à Reims, il prend comme emblème le croissant de lune, qui est depuis toujours celui de la maison d’Orléans, dont est issu Henri II, étant le fils cadet de François Ier (et non pas l’emblème de Diane de Poitiers, comme on a pu souvent le croire). Ses devises sont : Plena est œmula solis, (L’émule du soleil est pleine), et Donec totum impleat orbem, (Jusqu’à ce qu’elle remplisse le monde entier).

    Roi tout à fait représentatif de la Renaissance française, Henri II poursuit l’œuvre politique et artistique de son père. Il continue les guerres d’Italie, en concentrant son attention sur l’empire de Charles Quint qu’il parvient à mettre en échec. Henri II maintient la puissance de la France mais son règne se termine sur des évènements néfastes comme la défaite de Saint-Quentin (1557) et le traité du Cateau-Cambrésis qui met un terme au rêve italien.

    Son règne marque également l’essor du protestantisme qu’il réprime avec davantage de rigueur que son père. Devant l’importance des adhésions à la Réforme, Henri II ne parvient pas à régler la question religieuse, qui débouche après sa mort sur les guerres de religion.

    Il meurt accidentellement à l’âge de quarante ans seulement, d’une blessure reçue lors d’un tournoi à l’hôtel des Tournelles à Paris.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_II_de_France

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...