RSS

Il était une fois peut-être pas

12 mai 2009

Non classé

 L’audace cursive d’un auteur Akli Tadjer.

Écrivain L’audace cursive d’un auteur 

Mercredi, Akli Tadjer a présenté son dernier roman, Il était une fois peut-être pas, éditions Lattès, à l’hôtel Sofitel Algiers Hamma Garden. L’écrivain, âgé de 54 ans, n’en est pas à son coup d’essai et s’est déjà fait remarquer à plusieurs reprises par la critiquel En France, son dernier ouvrage en a conquis plus d’un.   Même après avoir refermé le livre, Mohammed, Myriam, Gaston et tous les autres personnages du roman

continueront à vous raconter leur histoire. La quatrième de couverture laisse entendre « qu’après vingt ans de tête-à-tête avec son père (Mohammed), Myriam part poursuivre ses études à Toulon et demande à ce dernier de s’occuper de Gaston, le nouvel homme de sa vie… ». Mais cela va bien au-delà des relations père-fille, car à un rythme effréné, Akli Tadjer vous fait pénétrer un monde fait de rencontres, d’humour, de tendresse. Un monde partagé entre réalisme et fantastique, où la cruauté a aussi sa place. D’un personnage à l’autre, de l’histoire à l’Histoire (celle avec un grand H), l’auteur use de son talent d’écrivain mélomane pour faire entendre la musicalité de ses mots. D’ailleurs, il le dit lui-même : « J’écris à l’oreille. C’est comme une partition, j’entends quand ça sonne et je sais quand la note est fausse, je sais quand les mots ne m’appartiennent pas. » L’écrivain ose, prend des risques, jongle avec le langage, avec la phonétique, avec les images. Et tel un funambule, sûr de lui, il marche sur le fil. Une audace assumée jusqu’au bout et qui ne lasse pas de surprendre, car il fait mouche à chaque fois : « Je ne veux pas m’embêter à décrire mes personnages, je n’ai rien à faire de leur taille ou leur couleur de cheveux ».  Alors, il use de raccourcis aussi désopilants que pertinents, à l’image de Hussein Dey « qui était grand, voûté, barbu, les oreilles décollées : pour faire bref : il était un mix du Prince Charles et de Ben Laden ». Et comme par enchantement et d’ailleurs enchanté, le lecteur visualise immédiatement les traits du personnage. Au-delà, Akli Tadjer promène son lecteur du monde contemporain à celui d’avant, usant pour cela de la magie des Mille et Une Nuits. En cela, les rôles de Cruella la poupée et de Lucifer le chat en peluche sont d’importance. Bien sûr, le lecteur est surpris quand il découvre que Mohammed se confie à eux. « C’est comme si on se parlait à soi-même et que ce qu’on se dit dans la tête, on le disait à haute-voix », commente Akli Tadjer. Et effectivement, le lecteur s’habitue très vite, car après tout, qui, enfant, ne s’est pas confié à sa peluche ? Grâce à eux, l’on se trouve complètement immiscé dans l’Histoire, celle avec un grand H. Et la magie s’opère.  D’un coup d’éventail, l’histoire de la France et celle de l’Algérie se déroulent et se mêlent sur fond de contes, entre magie et réalité. De 1830 à presque aujourd’hui, en passant par la grande Guerre et l’autre, que l’on soit lecteur algérien ou français, chacun retrouvera les traces d’un passé. Un passé où la douleur prend sa place bien sûr, mais c’est l’humain qui prime, même dans ce qu’il y a de plus inhumain. Et au-delà de tout, ainsi que le dit lui-même l’écrivain : « Il n’y a pas de morale dans ce roman, il n’y a que du sentiment. » Le faisant passer du rire à l’émotion, il tient son lecteur en haleine jusqu’au bout. C’est sûr, un livre que l’on referme avec regret.  -  Il était une fois peut-être pas  Akli Tadjer Editions JC Lattès – 2008   Par Josiane Le Bescond

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...