RSS

La fille du Sultan et la fille du Vizir (4 partie et fin)

7 mai 2009

Nora Aceval

La fille du Sultan et la fille du Vizir (4 partie et fin)

Autour de Tata Nora

Monseigneur ! Elle a bien une fille et pas n’importe laquelle. Sa beauté a provoqué chez moi un choc. Et je suis sûr qu’aucun homme n’a jamais possédé une femme pareille. Même pas tes nobles ancêtres.
— Ah bon ! Je vais aller vérifier et si je ne trouve pas cette grande beauté, je te coupe la tête.
Le Sultan se rendit chez Settout dès le lendemain. Il arriva à pied sans faire de bruit et regarda discrètement à l’intérieur de la tente. Il vit alors la jeune femme qui se coiffait. Ses cheveux étaient déliés et retombaient sur ses genoux comme des flots soyeux. Il remarqua les mèches d’or et d’argent qui scintillaient. Il resta un moment médusé et se ressaisit.
— Oh Settout ! appela-t-il.
Elle se précipita à sa rencontre :
— Sois le bienvenu Sidi (Monseigneur) ! fit-elle toute mielleuse.
— Je veux que tu me dises d’où vient cette jeune femme qui vit chez toi et fabrique des perdrix aussi parfaites que celles qui sont en chair et en os.
— C’est ma fille.
— Non, c’est faux. Il y a plusieurs années que tu vis sur mes terres et je sais que tu n’as pas d’enfant. Si tu ne me révèles pas tout, je te fais trancher la tête.
Settout avoua en pleurant :
— O Sidi ! Je vais tout te dire : cette femme est celle qui est venue avec la fille du Vizir. C’est elle la fille du Sultan, ta véritable épouse. La fille du Vizir l’a ensorcelée en lui plantant une aiguille dans le crâne. Elle l’a transformée en perdrix, celle qui venait chanter dans ton jardin. Lorsque je l’ai délivrée de l’enchantement, j’ai été tentée de la garder avec moi tant elle est belle. Je te demande pardon.
Le Sultan emmena aussitôt la princesse avec lui au palais et fit venir sa femme. Celle-ci se montra confuse et se jeta aux pieds de la fille du Sultan, son amie d’antan.
— Un serment sacré nous liait, déclara la princesse. Moi je l’ai respecté, mais toi tu l’as trahi. Comment veux-tu que je te pardonne ? Qui pourra me garantir que tu ne vas pas me nuire à nouveau ?
La fille du Vizir ne reçut pas le pardon. Le jardinier l’emmena dans le jardin et la jeta au fond d’un puits.
Le Sultan organisa de nouvelles noces et tout le pays entendit parler de l’histoire de la perdrix qui chantait pour retrouver son époux.
Elle a pris le feu, le feu, j’ai pris la route, la route !
Elle a mangé du Diss, j’ai mangé du Rfiss !

L’Algérie des contes et légendes Nora Aceva

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...