RSS

A mes enfants

9 avril 2009

Non classé

A mes enfants

J’ai cinq jolies tourterelles

Et deux merveilleux pinçons.

Ils adorent le bleu du ciel

Et excellent dans le dessin et la chanson.

Ils préfèrent vivre dans l’union

   Pour que la vie soit du miel.

Ils se méfient de l’illusion

      Mais apprécient le réel.

      Ils aiment la générosité,

Refusent la vanité,

Le mensonge et la méchanceté.

Ils respectent la franchise

Et rejettent la sottise.

Ils recherchent la vérité

Bannissent la malhonnêteté.

Ils côtoient le pauvre, le malheureux,

S’éloignent des imbus et des véreux !

Cependant, ils sont frêles comme les papillons,

Ou ,les roses au printemps.

Que Dieu tout Puissant.

Leur porte aide et les protège longtemps

 

 

                       Avril2002

Monsieur Ait Mouloud Mouloud

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “A mes enfants”

  1. unami Dit :

    A tous ceux qui aiment leurs enfants, je vous offre ce joli poème de Victor Hugo, « Elle avait pris ce pli » (Ecrit pour sa fille Leopoldine)

    Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
    De venir dans ma chambre un peu chaque matin ;
    Je l’attendai ainsi qu’un rayon qu’on espère ;
    Elle entrait et disait : bonjour mon petit père ;
    Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
    Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
    Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
    Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
    Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,
    Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
    Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,
    Et mainte page blanche entre ses mains froissée
    Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers.
    Elle aimait Dieu, les fleurs, les astres, les prés verts,
    Et c’était un esprit avant d’être une femme.
    Son regard reflétait la clareté de son âme.
    Elle me consultait sur tout à tout moments.
    Oh ! que de soirs d’hivers radieux et charmants
    Passés à raisonner langue, histoire et grammaire,
    Mes quatre enfants groupés sur mes genoux, leur mère
    Tout près, quelques amis causant au coin du feu !
    J’appelais cette vie être content de peu !
    Et dire qu’elle est morte ! hélas ! Dieu m’assiste !
    Je n’étais jamais gai quand je la sentais triste ;
    J’étais morne au milieu du bal le plus joyeux
    Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux.

    Les Contemplations, « Aujourd’hui » (Livre IV), 1856

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...