RSS

Artisanat

5 mars 2009

Non classé

Artisanat

Jeudi 5 Mars 2009 18h00mn 14s


Fils et clous – dessin linéaire

Composer des tableaux à partir de matériaux aussi courants que les épingles, les clous et le fil est devenu un passe-temps pour beaucoup de personnes de tous les âges.
La technique peut s’adapter aussi bien à l’enfant en âge scolaire qu’à l’artisan

professionnel. Elle peut être à la fois simple et complexe. Simple dans la mesure où l’enfant peut facilement l’adapter à ses possibilités, en utilisant des élastiques tendus sur des fiches enfoncées dans les perforations d’un panneau; complexe dans des tableaux figuratifs, en trois dimensions ou à effets moirés où les jeux de couleurs et d’ombres se marient aux illusions d’optique.

Après avoir acquis les principes de base, vous pourrez exécuter vos propres dessins. Pour varier les tableaux, on peut se servir d’un grand nombre de supports et de fils différents.

Supports: Feutrine, velours, treillis métallique (moustiquaire), toile, canevas, filet, tricot, liège, contreplaqué, aggloméré, anciens côtés d’armoires ou dessus de table, boîtes en carton fort ou en bois, armature métallique dentelée.

Fils: Laine, ficelle, corde de boucher ou de macramé, fil de coton ou métallique (à tableaux ou à soudure), filin à pêche, raphia, nylon, élastiques, chenilles, paille.

Modèles de base

La formation d’une courbe en utilisant des lignes droites nécessite qu’on marque un nombre de points régulièrement espacés.
Marquez un nombre égal de points sur les deux lignes.

Plus ils seront rapprochés et plus la courbe sera douce.

On obtient exactement le même effet avec des clous et du fil, chaque point représentant un clou et la ligne un fil.

Dans une deuxième étape, on prend deux droites perpendiculaires et formant une croix (donc quatre angles de 90o). On pourra tracer les courbes, à condition qu’il y ait le même nombre de points sur chaque ligne.
Après avoir planté les clous dans le support, on tend le fil unique: de A1, il passe derrière l’épingle, B1, puis C1 et ainsi de suite en suivant l’ordre numérique, jusqu’à ce que le fil soit passé derrière chaque épingle.

Voici une variante encore un peu plus complexe. On prend quatre droites perpendiculaires et formant un carré; les courbes relient les droites les unes aux autres.
Il est encore une fois indispensable d’avoir le même nombre de points sur chacune des droites et de les joindre par ordre numérique.

On peut aussi réduire l’angle d’intersection des droites (qui ne sont donc plus perpendiculaires).
Le fil set passé derrière les clous en suivant encore une fois l’ordre numérique, comme sur la figure 1, mais la courbe obtenue est plus aiguë. Avec le carré et le triangle, c’est l’une des formes les plus populaires.

En agençant quatre angles aigus en carré et en passant le fil derrière deux clous à la fois, ce motif a beaucoup de relief. Le fil employé dans cet exemple est de la ficelle ménagère.
Le fond de cette composition est en toile encollée sur un contreplaqué de 12 mm d’épaisseur.

Pose du tissu sur le support

Les tissus les plus couramment utilisés sont la feutrine et la toile de jute, mais la méthode qui suit est la même quel que soit le tissu employé. Coupez le tissu avec une marge supplémentaire comprenant l’épaisseur du support (bois ou liège), plus le rabat qui sera collé à l’endos (5 cm ou plus suivant l’épaisseur du tissu). Repassez le tissu pour enlever les faux plis. Posez-le sur une surface plane et placez le support au centre.
Coupez les coins de façon à supprimer toute épaisseur superflue. Étalez une mince couche de colle transparente sur le pourtour du support. Ramenez les bords du tissu sur la surface encollée et appuyez tout en tendant bien le tissu.

Les tissus qui s’effrangent doivent être préalablement traités. Enduisez la ligne de coupe de colle et laissez sécher. Coupez le long de la ligne enduite de colle (sèche) et collez au support comme expliqué ci-dessus.

Implantation des clous
Pour que le travail soit harmonieux et d’allure professionnelle, il faut que les clous soient enfoncés à la même hauteur.
Pour y parvenir, posez sur le support le motif dessiné sur papier, à l’échelle, et enfoncez légèrement quelques clous à leur place.

Placez ensuite un repère de hauteur (soit un bloc de bois équivalent à la moitié de la hauteur totale d’un clou), à côté de la ligne de clous. Enfoncez ces derniers jusqu’à ce que leur tête soit au niveau du bloc de bois. Il est essentiel d’employer un bloc de bois dur pour vous assurer que son épaisseur ne s’écrase pas si vous tapez dessus par erreur.
Pour un motif très complexe, nécessitant une grande quantité de clous sur une petite surface, il peut s’avérer utile d’avoir plus d’un guide de hauteur. Un triangle aide à se rendre dans les coins exigus, en autant que sa pointe ne soit pas trop prononcée (elle peut s’écraser sous les coups et modifier la hauteur des clous enfoncés).

Épingles et clous

On distingue deux sortes d’épingles: des épingles ordinaires à petite tête et les épingles à grosse tête ronde. La première qualité existe en différentes tailles (jusqu’à 5 cm et plus) et en divers matériaux (acier, acier inoxydable, laiton, etc.).
Les clous ordinaires sont généralement en acier, mais on obtient des effets esthétiques intéressants en choisissant des clous en laiton, en cuivre, en acier inoxydable, en aluminium, etc. Pour éviter la corrosion et améliorer leur aspect, on traite les clous de diverses manières: galvanisation, revêtements électrolytiques (étain, laiton, cadmium, nickel, chrome), bleuissage, laquage, peinture, etc. Vérifiez les boutiques d’artisanat et les quincailleries avant d’arrêter votre choix sur un modèle précis.

Si vous optez pour un support en bois peint, il est possible d’enfoncer les clous avant la peinture et de peindre les clous en même temps.

Sur les bords du support, pour éviter qu’il fende lors de la pose des clous, épointez ces derniers en donnant un léger coup de marteau sur la pointe de chaque clou. De cette façon, ils écraseront les fibres du bois au lieu de les écarter.

Commencement et fin

Avant de commencer à le tendre, on attache le fil au premier clou avec un double noeud. Quand le tableau est terminé, on arrête le fil de la même manière: en double noeud sur le dernier clou, en veillant à ce que le fil reste bien tendu. On met un peu de colle blanche sur le noeud pour le maintenir en place et on laisse sécher. Puis on coupe les bouts de fil au ras du noeud.
Ne faites aucun raccord de fil en cours de route. S’il vous manque du fil pour compléter le tableau, arrêtez-le sur un clou, puis partez un autre fil du même endroit. Lorsque le tableau sera fini, collez et coupez les bouts de noeuds excédentaires.

Triangles

À partie de l’angle obtus, ajoutez une droite pour former un triangle. Les 3 côtés doivent nécessairement avoir le même nombre de points, même si les lignes ne sont pas de la même longueur.

Deux triangles équilatéraux posés tête-bêche donnent la forme d’un diamant.
Dans un tel cas, il convient de commencer chacun des triangles à l’opposé du précédent, pour donner du relief au diamant. Les triangles sont faits à la suite l’un de l’autre et non en même temps.

Ainsi, celui du haut se fera dans cet ordre: angle inférieur droit, angle inférieur gauche puis angle supérieur. Le triangle du bas se fera en sens inverse, soit: angle supérieur gauche. angle supérieur droit, puis angle inférieur.

À partir du triangle, on peut créer des modèles encore plus complexes. dans cet exemple, chaque triangle a été fait séparément mais chaque ligne du centre a été deux fois tendue de fil.
Avec ce patron, que vous reproduirez sur une feuille de papier, ajoutez un triangle sur les quatre côtés (le patron n’étant pas exact, il vous sera nécessaire de calculer les espacements).

Courbes

Divisez une courbe en parties égales n’est pas aussi facile que de dessiner une ligne droite, mais il n’est pas nécessaire d’être expert en mathématiques pour parvenir à un bon résultat.
On peut diviser la circonférence d’un cercle à l’aide d’un rapporteur d’angles. Faites une marque à l’emplacement des clous de façon qu’ils soient distants les uns des autres d’un nombre égal de degrés. Par exemple, pour 36 points, l’intervalle entre chaque clou est de 10 degrés.

Vous pouvez aussi utiliser un compas s’il faut planter un nombre donné de clous sur une partie quelconque d’une courbe. Donnez une certaine ouverture au compas: Pour avoir une vague idée de l’ouverture, mesurez la longueur de la courbe avec un mètre ruban, et divisez cette longueur par le nombre d’espaces égaux que vous souhaitez avoir le long de la courbe. Ce calcul donne l’ouverture approximative du compas, que vous augmenterez ou réduirez jusqu’à ce que vous obteniez le nombre correct de points sur la courbe. Cette méthode n’est pas rapide, mais a l’avantage de la précision.

Triangle incurvé

Pour un triangle à deux côtés incurvés, calculez l’emplacement des clous à l’aide d’un compas, puis passez les fils de la même façon que pour un triangle ordinaire, c’est-à-dire A1 à B1, B1 à C1, C1 à A2, A2 à B2, B2 à C2, etc. Dans le cas oü les courbes sont concaves, assurez-vous que le fil est à mi-hauteur du clou, pour éviter qu’il ne s’échappe du clou. Faites aussi attention d’amener le fil à l’intérieur de la courbe des clous de façon que le contour de celle-ci soit clairement souligné.

Fournitures

Une planche carrée de contre-plaqué ou d’aggloméré de 12 mm d’épaisseur, en format de 52,5 cm2
624 pointes sans tête
Peinture noire mate et pinceau
2 pelotes de coton en deux teintes différentes
Guide d’enfoncement en bois dur et marteau
Papier, crayon, règle, rapporteur d’angle
Lisières de bois, peintes en blanc (facultatif)

Technique

  Dessinez le patron en conservant une marge de 2,5 cm tout autour (illusion de cadre). Il est important que les clous soient régulièrement espacés.
Puis numérotez chaque clou (comme dans l’exemple du triangle en haut de cette page).

Ce dessin se compose de huit triangles rectangles, dont les hypoténuses (côtés opposés aux angles droits) sont communes à deux triangles à la fois; on ne trace donc qu’une hypoténuse pour chaque paire de triangles, mais chacune d’elles servira deux fois (le fil sera passé autour de ses clous, une fois pour chaque triangle).

Placez la feuille de papier sur le tableau puis plantez les clous dans le bois à travers le papier, à leurs emplacements respectifs. Retirez la feuille soigneusement (à conserver pour l’ordre des chiffres!).

Peignez la planche et les clous et laissez sécher complètement.

Faites d’abord les quatre triangles extérieurs, en suivant l’ordre numérique des clous et terminez par un noeud. Faites ensuite les quatre triangles intérieurs avec le coton de la deuxième couleur. Encollez les noeuds et coupez les bouts excédentaires.

Pour une finition plus soignée, on encadre avec des lattes de bois peintes en blanc.

Patrons commerciaux – à agrandir ou de taille réelle
Les modes changent et la possibilité de trouver des patrons pour une technique en particulier fluctue également. Présentement, cette technique n’est pas « à la mode ». On ne trouve donc pas ces livres en librairies, et on ne peux pas leur en commander puisque celles-ci ne font plus affaire avec les éditeurs, mais avec les distributeurs, qui ne les gardent pas. Il faut alors se tourner vers les marchés aux puces, dans les comptoirs et boutiques de produits de seconde main. Assurez-vous, avant achat, que les modèles de taille réelle en feuillets détachables soient encore dans les revues

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Artisanat”

  1. succar Dit :

    Bonjour Alia,
    bravo, il est très intéressant ton article; avez vous une adresse pour pouvoir acheter des patrons à paris et sa banlieue?
    Cordialement.
    SUCCAR.Ibtissam

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...