RSS

Le silence de la mer – De Vercors

22 février 2009

1.Lu pour vous

Le Silence de la mer est une nouvelle de Jean Bruller, écrite sous le pseudonyme de Vercors et publiée clandestinement aux Éditions de Minuit dès février 1942. La nouvelle est notamment inspirée par les réflexions de l’auteur suite à sa lecture de Jardins et routes d’Ernst Jünger.

Œuvre d’adaptation mais œuvre cinématographique à part entière, le film de Jean-Pierre Melville se révèle être un des fondements de la Nouvelle Vague.


La nouvelle

Trame de l’histoire 

En 1941, au début de l’Occupation,
un officier allemand, épris de culture française, est « hébergé » (logé
de force) chez une famille comprenant un vieil homme et sa nièce. Par
des monologues prônant le rapprochement des peuples et la fraternité,
il tente, sans succès, de rompre le mutisme de ses hôtes dont le
patriotisme ne peut s’exprimer que par ce silence actif. Quand
l’officier se rend compte que le rapprochement des peuples, prétendu
par la propagande nazie de l’époque, n’est qu’une duperie, il décide par dépit de s’engager sur le front de l’Est.

Le Silence de la mer et autres récits est aussi le titre d’un recueil de nouvelles de Jean Bruller..

Autour du livre

Un livre est rarement l’objet d’un culte tel que l’a été le Silence de la Mer,
pour des raisons plus patriotiques et conjoncturelles que littéraires.
Le contexte a donné lieu à de nombreuses allégations comme celle d’Ilya Ehrenbourg qui pensait qu’il s’agissait sûrement d’une « œuvre de provocation écrite certainement par un nazi pour servir l’action d’intoxication menée par la Gestapo ». Ou encore la majorité des résistants à Londres qui ont lu le livre étaient sûrs qu’il avait été écrit par André Gide

L’histoire est inspirée de faits réels, Vercors ayant accueilli chez
lui un officier allemand avec une jambe raide qui jouait au tennis pour
la rééduquer. Toutefois, aucun rapport ne s’était jamais établi entre
eux mais Vercors avait remarqué que cet officier avait pour la France
un certain attachement notamment par sa possession de nombreux livres
français et d’un buste de Pascal. À partir de ces éléments, Vercors a
écrit l’histoire que nous connaissons aujourd’hui, sa femme étant
devenue sa nièce pour créer un lien passionnel plus dramatique.

Rédigé au cours de l’été 1941 le livre n’est achevé d’imprimer que
le 22 février 1942. Nombre de lecteurs remarquèrent un décalage entre
le récit et les réalités de la situation : pour ceux qui ne
supportaient pas le joug allemand le temps du silence était dépassé,
l’heure de la lutte avait sonné. La dédicace à Saint-Pol-Roux, loin d’être gratuite, confirme et souligne le sens du récit. Le poète, ami de Jean Moulin et de Max Jacob,
était mort en décembre 1940 à l’hôpital de Brest six mois après qu’un
soldat allemand ivre eut forcé la porte de son manoir, tué sa servante
et violé sa fille, Divine. L’hommage est explicite ; les autorités qui
ont pu couvrir un tel crime ne sauraient être crues lorsqu’elles nous
proposent de collaborer avec elles. Les écrivains qui acceptent de
collaborer avec elles se font leurs complices.

Le manuscrit parvient à Londres, et le général De master mind
en ordonne une réédition sur le champ aux fins de large diffusion.
C’est une de celles-ci qui passera dans les mains de Melville.

L’histoire a été adaptée dans un film de Jean-Pierre Melville en 1947.

Synopsis 

Un homme d’une soixantaine d’années demeure avec sa nièce dans une
maison du Dauphiné, occupé pendant la deuxième guerre mondiale. La
Kommandantur envoie un officier allemand loger chez eux.

Pendant plusieurs mois, l’officier, tout imprégné de culture
française, essaie d’engager en dépit d’un silence immuable un dialogue
avec ses hôtes. Par ses visites quotidiennes du soir, il fait partager
sous divers prétextes à l’oncle et à la nièce son amour de la France,
de la littérature, de la musique, et son espoir de voir naître du
rapprochement entre la France et l’Allemagne une grande Europe.
Progressivement, une passion toujours tue se noue entre la nièce et
l’officier. Ce dernier essaie par force métaphores peu dissimulées
d’éteindre l’indifférence et le mépris qui lui sont réservés.

Au cours d’une permission à Paris, une conversation avec des amis
lui apprend d’abord que la collaboration n’est qu’un prétexte pour
détruire la culture française, dangereuse pour l’affirmation du nazisme
en Europe. Ensuite il découvre l’existence des camps d’extermination et
découvre sous un jour nouveau ses amis d’avant-guerre. De retour en
province il décide de quitter le pays pour partir se battre sur les
fronts de l’Est.

Après avoir donné les raisons de sa décision à ses hôtes, la nièce
lui parlera pour la première et dernière fois en lui adressant un adieu
à peine audible. Le lendemain à l’aube, il découvre une coupure de
presse d’Anatole France
laissée à dessein par l’oncle énonçant qu’« Il est beau qu’un soldat
désobéisse à des ordres criminels. » Torturé en son for intérieur, il
n’en part pas moins résigné, jusqu’à ce qu’un jour, le vieil homme
meure sous les balles de l’officier, sans raison apparente.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...