RSS

Le calvaire de la paie

7 janvier 2009

Non classé

Jeudi 1 Janvier 2009 19h32mn 46s

De:



« Tout travail mérite salaire » c’est un droit – ce qu’on ne cesse de nous l’affirmer tout le temps – mais…de là à percevoir sa maigre pension en espèce sonnante et trébuchante, il vous faut passer par des épreuves sans lesquelles vous risquez avec certitude de rentrer chez vous, anéanti et sans le sou ! Une fois à la maison, vous vous surprenez

souvent à remettre en cause tous les « bons principes » ingurgités à fortes doses par tant d’années d’instruction et d’éducation. Se sont-ils flétris eux aussi comme le bon vieux temps ? Faut-il s’en rappeler, l’on se faisait un plaisir de vous payer…à domicile même ! Avec le « merci » et le sourire en plus ! Ah, que ne donnerais-je pour revenir à la pratique des « vieux mandats » ! Autre époque, autres mœurs, me diriez-vous!… (Il me regardait, espérant sans doute un probable acquiescement)…Oui, je veux bien mais de grâce (toujours me regardant), réconfortez-moi ! Avec tous ces progrès, y a-t-il eu meilleures mœurs ? ( là, tout de suite pris au dépourvu, je n’avais pas de réponse à lui donner et à vrai dire il n’en attendait pas car je sentis qu’il était bel et bien parti pour une bien longue allocution !) Et votre colère, longtemps introvertie, vous la broyez, progressivement et contre vous-même, vous la retournez puis…les contraintes de toutes sortes accomplissant leur travail de sape en parachevant les derniers îlots de votre résistance, vous perdez lentement votre propre estime…Alors, un jour, le plus mauvais et le plus triste sans doute, baissant les bras, vous confiez votre destin, celui de vos enfants et votre paie aux « aléas d’un jeu forcené » en vous courbant à ses humiliantes épreuves :
1ère épreuve : Faites la « chaîne » quelqu’en soit la durée (des heures, des journées) sachant en plus d’un départ matinal, qu’il vous faut un corps d’hercule à l’ouverture des guichets pour se tailler la ou les première(s) place(s) et une super endurance morale pour arriver à bon port car le parcours est semé d’imprévus routiniers : Pas d’argent, panne d’ordinateur ! (Trop fier, trop délicat, « grande gueule », s’abstenir !)
2ème épreuve : Si ce qui précède ne vous convient pas, et à la condition de mettre entre parenthèses tout scrupule, alors, sans avoir froid aux yeux, ni à la tête ni au dos ni ailleurs, sans qu’aucun atome de pudeur ne vous retienne, faites ce qui vous semble expéditif. « Brûlez » la chaîne et soyez-en presque rassuré – à l’exception tout de même d’un hochement de tête et haussement de ton de quelque audacieux « chaînard » au sang anormalement chaud – Vous l’empocherez finalement, cette fichue paye, mais à quel prix ? Il faut avoir vendu son âme…Conséquence intrinsèque : la chaîne s’échine et se « déchaîne » (dans les deux sens !)  Ce qui explique sans le justifier ce cas de figure.
3ème épreuve : Si aucune des deux épreuves ne vous sied parce que la chaîne vous enchaîne et la « griller » vous gêne, par cette troisième, avec un peu de « veine » et un précieux « lien », tirez-vous de ce pétrin ! Et c’n'est pas rien, admirez-moi cette prestation à saisir ses relations ! Au vol, à plat ventre, en apnée, à l’arraché, à coups de « lamento », de mises en scène, en venir « au malade imaginaire », au pire s’il le faut et qu’en sais-je encore ? Pas de répit, pas de paix pour la bonne cause ! Aussi, le spectre d’investigation est large, à vous de miser sur le « tuyau salvateur » : Cela s’étend du simple agent au plus complexe responsable ! Sinon…tel « l’aigle baissant sa tête »…en piètre philosophe, en faux sage, en donneur de sermons, la rage au cœur, confiez votre frêle corps, avec l’énergie du désespoir qui en reste, à l’épreuve (1), celle du parcours du combattant et dégoulinez-vous de patience car il vous en faudra beaucoup ! (C’est d’ailleurs l’épreuve où se côtoient en gros deux catégories : la plus large, celle des « bras cassés sans épaules », et la plus bizarre parce que rare et en voie d’extinction par défaut de « candidature », celle des gens de caractère qui aiment leur souveraineté par respect à leur humanité, même au prix d’exclusion et de marginalité !).  A méditer !
4ème épreuve : Répandue pour son pragmatisme concluant, loin d’être la solution, cette épreuve est la plus dévalorisante, la plus abjecte, la plus destructrice qui soit car elle vous érode, vous délabre, vous avilit de l’intérieur ! Elle vous met en condition de dépendance et en pareil cas, vous n’avez plus le droit de parler de justice et de droit. Vous êtes en défaut, car ce qui vous revient de droit, vous l’avez souillé en le négociant, en l’achetant sachant qu’on vous remet seulement ce que vous gagnez à la sueur de votre front ! Et en citoyen bien poli un « merci » aurait largement suffi ! Protéger ses droits est certainement la meilleure chose que puisse faire un homme normalement constitué. Personne ne le fera à votre place. Tout d’abord, avec du recul et du détachement, prenez beaucoup de souffle et commencez par donner un peu de considération à votre individualité et à ce qui vous appartient ! Ensuite, tous les points bien mis sur les « j », sur les « i » et les barres sur les « t » aussi, revendiquez vos droits bafoués et eux (pas tous, Dieu merci !) sinon la plupart qui sont derrière les guichets, sont tenus de s’acquitter enfin de leurs devoirs ! Ce n’est pas l’inverse !
Depuis la nuit des temps, de l’homme le plus primaire à celui qui nous ébahit aujourd’hui, un réflexe simple mais vital, civilisateur, lui a permis de réaliser de considérables progrès. Condensé en trois mots, le secret de cette émancipation que nous envions tellement aux autres, donne cette phrase simple mais en or : Faire son boulot ! Est-ce un miracle que de faire son travail ? On devrait là, remettre sur sa tête, la notion érigée en début pour réhabiliter le mot ultime : « tout salaire mérite travail ». Il nous importe d’être capables de mériter un travail, le salaire n’étant que le moyen d’y parvenir. La fin est dans l’œuvre d’abord accomplie, seul garant d’une réelle émulation ! Serait-ce trop demander si l’on devait retourner au banc de « l’école de la civilité » et réapprendre sans complexe aucun l’abécédaire du comportement en société, du respect de la citoyenneté, du sens de l’urbanité, du devoir, du droit, du labeur, qu’aucun diplôme si prestigieux soit-il ne pourra nous en faire bénéficier ?
Nous devons et sans plus tarder, dos à dos nous ressourcer auprès de nos bonnes vieilles racines, jadis universelles…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...