RSS

Dictionnaire de l’art du langage

1 janvier 2009

Dico

Effets de style – Rhétorique   

Anacoluthe : Nom féminin. Brusque rupture de la construction grammaticale.

Ex : « Le nez de Cléopâtre: s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait été changée. »
(Blaise Pascal / 1623-1662 / Pensées)



Anacyclique : Nom masculin. Mot ou ensemble de mots qui peut être lu de gauche à droite, sans tenir compte des accents, apostrophe, ponctuation. Contrairement au palindrome, la signification diffère selon le sens de la lecture. L’anacyclique est une forme d’anagramme.

Ex: Noël / Léon ; bons / snob

Des phrases peuvent être anacycliques par rapport aux mots qui les composent Les mots sont lus en commençants de droite à gauche, mais sans en inverser les lettres.

Ex : « Souffrir sans amour, l’oublies-tu parfois ? » / « Parfois, oublies-tu l’amour sans souffrir ? »



Anadiplose : Nom féminin. Répétition de mots ou d’expressions, en début de phrase ou de vers, à l’identique ou presque de ceux terminant la phrase ou le vers précédent.

Ex : 

 

 



Anagramme : Nom féminin. Mot ou expression qui lorsqu’on en permute les lettres, forme un autre mot ou une autre expression.

Ex : béni / bien;

Ex : déité / édité;

L’anagramme peut servir à produire un effet humoristique en donnant l’illusion que l’expression initiale recelait un sens caché.

Ex : Révolution française ! / Un veto corse la finira

L’anagramme est parfois utilisée par certains auteurs pour fabriquer un pseudonyme.

Ex : Alcofribas Nasier, pour François Rabelais

Ex : Marguerite de Crayencour pour Marguerite Yourcenar

 

 



Anaphore : Nom féminin. Répétition d’un même mot au début de plusieurs membres d’une phrase afin de renforcer l’idée exprimée ou d’opérer une symétrie.

Ex : « Marcher à jeun, marcher vaincu, marcher malade. »
(Victor Hugo / 1802-1885 / La Légende des siècles)

Ex : « Autant vaut l’homme, autant vaut son Dieu, et pas plus. »
(Ludwig Feuerbach / 1804-1872 / Manifestes philosophiques)

 



Antilogie : Nom féminin. Contradiction ou incompatibilité entre deux idées ou deux opinions dans une même phrase ou un même texte.

Ex : Je mentirai si je disais la vérité.



Antinomie : Nom féminin. Ensemble de deux propositions contradictoires. Contradiction entre deux textes de loi, entre deux idées philosophiques.

Ex : Une guerre propre

Ex : Un enfer paradisiaque

 

 



Antiphrase : Nom féminin. Forme d’expression consistant à employer un mot, un groupe de mots, une phrase, dans un sens contraire à sa véritable signification, par ironie, par euphémisme ou par crainte superstitieuse.

Ex : Comme il est sage ! (adressé à un enfant turbulent)

 

 



Antistrophe : Seconde strophe d’une poésie antique ou d’une œuvre lyrique qui répond à la première en ayant le même schéma métrique ou la même mélodie que celle celle-ci. Elle peut être suivie d’une épode qui a un rythme ou un thème différent. L’ensemble forme alors une triade.

Ex : « Il disait qu’il n’y avait qu’une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse. »
(François Rabelais / 1484-1533 / Pantagruel / 1532)

Ex : « Si j’osais comparer la société humaine au choeur des tragédies grecques, je dirais que la phalange des esprits sublimes et des grandes âmes figure la strophe, et que la multitude des petits et des humbles est l’antistrophe. Chargés des travaux pénibles et vulgaires, tout puissants par leur nombre et par l’ensemble harmonique de leurs fonctions, ceux-ci exécutent ce que les autres imaginent. Guidés par eux, ils ne leur doivent rien : ils les admirent cependant et leur prodiguent les applaudissements et les éloges. »
(Pierre-Joseph Proudhon / 1809-1865 / Qu’est-ce que la propriété ?)

Ex : « La rhétorique est l’antistrophe de la dialectique. »
(Aristote / 384-322 av. JC)

 

 



Antithèse : Nom féminin. Procédé consistant à opposer dans la même phrase, deux pensées, deux expressions, deux mots de sens opposé. Idée, proposition qui forme le second terme d’une antinomie, le premier étant la thèse.

Ex : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »
(Blaise Pascal /1623-1662 / Pensées, V)

Ex : « Je sentis tout mon corps et transir et brûler. »
(Jean Racine / 1639-1699 / Phèdre)

Ex : « Infidèle : à New York, qui ne croit pas à la religion chrétienne. À Constantinople, qui y croit. »
(Ambrose Gwinett Bierce / 1842-1914 / Le Dictionnaire du Diable)

 

 



Antonomase : Nom féminin. Effet de style où, à la place d’un nom commun, on utilise un nom propre et réciproquement.

Ex : Un Apollon (un bel homme).

Ex : « Le prophète d’Allah »
(pour Mahomet)

 phorisme : Nom masculin. Formule courte et sentencieuse qui résume en quelques mots l’essentiel sur une question ou qui énonce un précepte.

Ex : « L’enfer, c’est les autres. »
(Jean-Paul Sartre / 1905-1980 / Huis Clos)

Ex : « L’église accepte le progrès partout où elle ne peut plus l’empêcher. »
(Helge Krog / 1889-1962 / Aphorismes)

 

 

 

 



Apocryphe : Adjectif et nom masculin. Sens premier : écrit religieux d’origine douteuse. Terme utilisé pour un texte qui n’est pas authentique ou dont l’authenticité est suspecte.
Pour le christianisme, textes des premiers siècles qui n’ont pas été reconnus comme faisant partie du « canon » qui compose le Nouveau Testament. Voir le dictonnaire des religions : apocryphe

Ex : Evangile selon saint Thomas.

Ex : Le troisième et le quatrième livre d’Esdras.

 

 



Apodose : Nom féminin. Seconde partie de la phrase dans l’analyse mélodique, juste après l’acmé et d’intonation inverse à la protase (voir ces mots). Proposition, qui après la subordonnée conditionnelle indique la conséquence, le résultat.

 

 



Apologue : Nom masculin. Texte court, souvent allégorique, qui cherche à donner une leçon de morale ou à illustrer une thèse.

Ex : Les fables de la fontaine.

 

 



Apophtegme : Nom masculin. Parole, sentence mémorable exprimée de façon claire et concise.

Ex : « Du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemple. »
(Napoléon Bonaparte / 1769-1821)

Ex : « Paris vaut bien une messe. »
(Henri IV / 15/53-1610)

Ex : « Tuez-les tous, car Dieu saura reconnaître les siens ! »
(Arnaud Amalric, légat du pape lors de la prise de Béziers en 1209… pour ne pas avoir à trier entre les hérétiques et les « bons » chrétiens / 1150-1225)

 

 



Apostrophe : Nom féminin. Interpellation brusque et peu courtoise. Figure de style permettant de s’adresser solennellement à une personne absente ou à une entité personnifiée.

Ex : « Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille; »
(Charles Baudelaire / 1821-1867 / Recueillement)

 

 



Assonance : Nom féminin. Répétition d’une même voyelle ou son vocalique, le plus souvent dans la syllabe accentuée de mots qui se suivent ou forment un ensemble. Cette figure de style était très utilisée dans la poésie du Moyen Age. L’allitération est la répétition de consonnes.

Ex : « Lève, Jérusalem, lève ta tête altière. »
(Jean Racine / 1639-1699 / Athalie)

Ex : « Les vendredis sanglants et lents d’enterrements. »
(Guillaume Apollinaire / 1880-1918 / L’émigrant de Landor Road)

 

 



Astéisme : Nom masculin. Procédé de style délicat et ingénieux où l’on loue ou flatte adroitement en faisant semblant de blâmer ou de se plaindre de quelqu’un. Cela permet de faire un compliment avec une distance de bon ton – sans servilité. Cette forme d’ironie inversée est apparue dans les salons du XVIIe siècle.

Ex : « Maître, votre dernier roman est un attentat contre la paix des familles, contre mon sommeil et ma santé. Si l’Inquisition existait encore, je vous dénoncerais comme un magicien du verbe, possesseur de filtres interdits… »

 

 



Asyndète : Nom féminin. Texte où les mots de liaison, conjonctions ou adverbes de liaison sont supprimés, pour des propositions ayant des relations logiques entre elles. C’est une forme de parataxe.

Ex : Bon gré, mal gré.

 

 



Attelage : Nom masculin. Voir zeugme sémantique

 

 



Auxèse : Nom féminin. Série presque ininterrompue d’hyperboles, d’expressions exagérées, à caractère positif.

Ex : « Dans des ruisseaux de sang Troie ardente plongée; »
(Jean Racine / 1639-1699 /Andromaque)

Ex : 

 

 



Axiome : Nom masculin. Proposition évidente, basée sur des principes d’identité et de non démonstration, que l’on admet comme vraie.

Ex : 

 

 



Boustrophédon : Nom masculin. Forme d’écriture qui consiste, souvent par jeu, à retranscrire un texte de droite à gauche, lorsque l’écriture normale est de gauche à droite.

Ex: « elpuep ud muipo’l tse’c ,noigiler al »

En archéologie, ancienne écriture (grecque et étrusque) qui se lisaient alternativement après chaque ligne et sans interruption de droite à gauche et de gauche à droite.

 

 



Boutade : Nom féminin. Mot d’esprit, saillie vive imprévue et originale, faisant souvent appel au paradoxe.

Ex : 

 

 



Brève : Nom féminin. Courte information peu importante ou de dernière heure.

Ex : « Jean-Paul II est tombé dans sa salle de bains. Comme quoi la religion est en perte de vitesse: Jésus marchait sur l’eau, et Jean-Paul II a des difficultés à marcher sur un carrelage! »
(Laurent Ruquier)

 

 



Bribe : Nom féminin. Petite quantité, parcelle extraite d’un tout, fragment.

 

 



Brocard : Nom masculin. Moquerie, pointe, raillerie piquante ou blessante.

Ex : « Pour vivre heureux, vivons casher. »

Ex : « Oh ! Raison funèbre! »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Spectacle)

Voir la page dédiée aux calembours.

 

 



Catachrèse : Nom féminin. Effet de rhétorique consistant à utiliser un mot en dehors de son sens littéral.

Ex : Une dent de scie.

Ex : Un pied de chaise.

 

 



Chiasme (se prononce kiasm) : Nom masculin. Procédé de rhétorique consistant en deux propositions symétriques dont les termes sont intervertis.

Ex : Il chante aujourd’hui, demain il pleurera.

Ex : « D’un côté des enfants qui jouent aux soldats et de l’autre des soldats qui jouent comme des enfants. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Jeux interdits)

Ex : « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Spectacle)

Ex : « Nous ne désirons pas les choses parce qu’elles sont bonnes, mais nous les déclarons bonnes parce que nous les désirons. »
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique)

 

 



Citation : Nom féminin. Extrait d’un écrit ou d’un propos, emprunté à une personne ou à un auteur pour illustrer un autre texte et que l’on rapporte exactement. Une citation est souvent un aphorisme, un apophtegme, une maxime…

Voir l’accueil des pages citations de ce site.

 

 



Cliché : Nom masculin. Banalité, lieu commun, que l’on exprime souvent et dans les mêmes termes.

Ex : Les temps sont durs.

Ex : La terre est basse.

Ex : Dieu seul le sait.

 

 



Comparaison : Nom féminin. Mise en regard de deux termes ou de deux idées comparées dans une volonté de clarté ou de poésie.

Ex : « Le monothéisme judéo-chrétien est le stalinisme de l’Antiquité. »
(Emile Michel Cioran / 1911-1995 / Carnets 1957-1972)


 

 



Contrepèterie : Nom féminin. Interversion d’une ou plusieurs lettres ou syllabes qui, si elles sont remises dans l’ordre, forment le nouvel ensemble de sens différent, comique, grivois ou obscène.

Ex : « Je vous salis, ma rue
Et je m’en excuse »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Fatras)

 

 



Conseil : Nom masculin. Avis qui est donné pour inviter ou inciter à faire ou à ne pas faire quelque chose.

Ex : « La raison peut être bonne conseillère, elle a toutefois besoin d’être exercée comme on exerce ses muscles avant une difficile randonnée. Apprenez à ne pas vous laisser berner! »
(Georges Charpak et Henri Broch / Devenez sorciers devenez savants)

 

 



Consonance : Nom féminin. Accord harmonieux de son dans la terminaison de mots ou de phrases.

Ex : Fortune et amertume

 

 



Constat : Nom masculin. Analyse objective de faits matériels ou de résultats d’une action, d’une période, d’une situation; bilan.

 
Devise : Nom féminin. Courte formule, choisie comme règle de conduite ou suggérant un idéal.

Ex : « Liberté, égalité, fraternité. »

(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778 / Sa devise favorite contre l’intolérance religieuse dont il signait ses lettres en abrégé : Ecr.L’inf.)

Ex : « Honte à l’humanité ! Telle est la devise du catholicisme, qui, plus que les autres sectes, s’est préservé des tentations libérales, aime à flétrir, à rabaisser, à couvrir d’ignominie. »
(Pierre-Joseph Proudhon / 1809-1865 / Justice)

 

 

 

 



Diallèle : Nom féminin. Cercle vicieux, conclusion circulaire. Figure de logique qui consiste à prouver A de B après qu’on ait prouvé B de A.

Ex : « Ainsi donc, après avoir prouvé la doctrine par le miracle, il faut prouver le miracle par la doctrine, de peur de prendre l’œuvre du démon pour l’oeuvre de Dieu. Que faire en pareil cas pour éviter le diallèle ? Une seule chose, revenir au raisonnement, et laisser là les miracles. Mieux eût valu n’y pas recourir. »
(Jean-Jacques Rousseau / 1712-1778 / Lettre à M. De Beaumont)

 

 



Dicton : Nom masculin. Sentence, généralement humoristique, facilement compréhensible, exprimant des idées pleines de bon sens et de sagesse, devenu proverbe dans une région donnée où elle est populaire.

Ex : « Noël au balcon, Pâques aux tisons. »

Ex : « Dieu donne la gale, mais il donne les ongles pour la gratter. »
(Dicton créole)

Ex : « Prie Dieu, mais continue de nager vers le rivage. »
(Proverbe russe)

 

 



Dilemme : Nom masculin. Raisonnement qui soumet à l’interlocuteur une alternative, à laquelle il ne peut se soustraire, sous la forme de deux propositions présentant chacune des inconvénients majeurs qui le confondent ou le mettent face à ses contradictions.

Ex : « Car devant Dieu, il y a moins un problème de liberté qu’un problème du mal. On connaît l’alternative : ou nous ne sommes pas libres et Dieu tout-puissant est responsable du mal. Ou nous sommes libres et responsables, mais Dieu n’est pas tout-puissant. »
(Albert Camus / 1913-1960 / Le mythe de Sisyphe)

Ex : « On ne pouvait donc jamais échapper au cléricalisme, qui était cette fois celui des laïques [catholiques]. Cléricalisme de toujours, dont je découvrais la ligne de conduite:
Il n’y a qu’une seule vérité, et c’est la nôtre. Si tu ne la partages pas totalement, une seule alternative: ou tu es un peu sot, et nous allons t’éclairer, pour ton bien. Ou alors tu refuses d’adhérer et cette ligne de pensée, et tu deviens notre ennemi: nous allons t’écraser, pour ton bien. »

(Michel Benoît / Prisonnier de Dieu 1992)

 

 



Distinguo : Nom masculin. Distinction subtile, argutie entre deux idées.

 

 



Dogme : Nom masculin. Point fondamental d’une doctrine, devant être considéré comme vrai et qui n’admet aucune réfutation ou contestation.

Ex : La Sainte-Trinité

Ex : L’Immaculée Conception

A propos des dogmes :

Ex : « Le monopole, c’est le dogme. »(Georges Clemenceau / 1841-1929)

Ex : « La bouse de la vache est plus utile que les dogmes : on peut en faire de l’engrais. »
(Mao Tsé-Toung / 1896-1976)

 Ellipse : Nom féminin. Figure de rhétorique consistant à omettre volontairement un ou plusieurs mots, grammaticalement nécessaires, qui ne sont pas indispensables pour la compréhension de la phrase, afin d’augmenter l’intensité du propos. Le soin de deviner le sous-entendu est laissé au lecteur ou à l’auditeur.

Ex : « Je n’avance guère. Le temps beaucoup. »
(Eugène Delacroix / 1798-1863)


 

 

 



Emphase : Nom féminin. Exagération pompeuse dans le style ou le choix des mots; grandiloquence.

Ex : 

 

 



Epanadiplose : Nom féminin. Reprise en fin de phrase d’un mot ou d’une locution située au début, à l’inverse de l’anadiplose.

Ex : « L’homme est un loup pour l’homme. »
(Plaute / 254-184 av. J.-C)

Ex : « Aide toi, le ciel t’aidera. »


 

 



Epanalepse : Nom féminin. Répétition d’un mot ou d’une expression identique ou presque, au début ou à la fin d’une phrase ou d’un vers, pour renforcer un effet pathétique ou emphatique.
L’épanadiplose et l’anadiplose sont des formes particulières d’épanalepses.

Ex : « On tue un homme : on est un assassin. On en tue des millions : on est un conquérant. On les tue tous : on est un Dieu. »
(Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d’un biologiste)

Certains rhétoriciens définissent aussi l’épanalepse comme la reprise en fin de phrase ou de vers d’un mot ou d’une expression, située au début. Voir épanadiplose

Autre définition dans le domaine de la grammaire : Reprise d’un nom en le remplaçant par un pronom dans la même proposition (Larousse).

Ex : Ce chien, il m’a suivi !

 

 



Epanorthose : Nom féminin. Figure de style où l’on semble revenir ce que l’on vient de dire pour le corriger, mais en réalité pour exprimer quelque chose de plus précis ou de plus fort.

Ex : « Il a crié des imprécations, que dis-je, des blasphèmes. »

Ex : 

 

 



Epigramme : Nom féminin. Petite pièce de vers d’intention satirique, se terminant généralement par un trait piquant (pointe).

Ex : « Ils sont à table
Ils ne mangent pas
Ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
Verticalement derrière leur tête. »

(Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles – La Cène)

 

 



Epigraphe : Nom féminin. Inscription sur un édifice. Phrase en prose ou en vers, sentence, citation placée en tête d’un livre, d’un ouvrage ou d’un chapitre, pour en annoncer ou résumer le contenu, ou pour éclairer sur les intentions de l’auteur.

Ex : « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ».
(fronton du Panthéon)

 

 



Epilogue : Nom masculin. Conclusion qu’un auteur donne à son oeuvre, parfois sous forme de maxime.

Ex : « Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute »
(Jean de La Fontaine / 1621-1695 / Le corbeau et le renard).

Ex : « Oh ! que de grands seigneurs, au Léopard semblables,
N’ont que l’habit pour tous talents ! »
(Jean de La Fontaine / 1621-1695 / Le singe et le léopard)

Ex : « Ne nous moquons point: nous nous laissons séduire
Sur aussi peu de fondement;
Et chacun croit fort aisément
Ce qu’il craint et ce qu’il désire. »
(Jean de La Fontaine / 1621-1695 / Le loup et le renard).

 

 



Epiphore : Nom féminin. Répétition de un ou plusieurs mots à la fin d’une série de phrases ou partie de phrases, de vers, de strophes.

Ex : « Moi qui n’ai jamais prié Dieu
Que lorsque j’avais mal aux dents
Moi qui n’ai jamais prié Dieu
Que quand j’ai eu peur de Satan
Moi qui n’ai prié Satan
Que lorsque j’étais amoureux
Moi qui n’ai prié Satan
Que quand j’ai eu peur du Bon Dieu »

(Jaques Brel / 1929-1978 / La statue)

 

 



Epitaphe : Nom féminin. Inscription sur une tombe, un tombeau. Par extension: jugement court, positif ou négatif, sur quelqu’un, après sa mort.

Ex : Quand je vous disais que je n’allais pas bien !

Ex : « Ci-gît un fameux cardinal
Qui fit plus de mal que de bien
Le bien qu’il fit, il le fit mal
Le mal qu’il fit, il le fit bien »

(pour Richelieu)


 

 



Equivoque : Nom féminin. Jeu de mots, calembour, plaisanterie. Phrase pouvant être interprétée de deux façons différentes.

Ex : 

 

 



Euphémisme : Nom masculin. Expression qui consiste à atténuer une réalité brutale ou une idée désagréable, odieuse ou triste.

Ex : Il est parti (il est mort)

Ex : Un non-voyant (aveugle).

Ex : Un non croyant (un athée)

 

 



Evidence : Nom féminin. Certitude facile à comprendre et qui ne laisse aucun doute à l’esprit.

 

 



Exergue : Nom masculin. Citation en tête d’un texte, d’un livre ou d’un chapitre.

Ex : pour le site atheisme.free.fr : « L’athéisme est une forme d’humilité. C’est se prendre pour un animal, comme nous sommes en effet, et nous laisser la charge de devenir humains. »
(André Comte-Sponville / né en 1952 / Présentation de la philosophie)

 

 



Expression : Nom féminin. Manière de s’exprimer, terme ou tour du langage parlé ou écrit.

 

 



Extrait : Nom masculin. Passage tiré d’un livre, d’un document écrit.
Formule : Nom féminin. Forme précise et intangible de paroles destinées à être prononcées ou écrites en certaines circonstances.

Ex : « Au nom du père, du fils et du Saint-Esprit, amen. »

 

 



Gnomique : Adjectif. Qui se présente sous forme de sentence, de proverbes ou de maximes, généralement pour exprimer une vérité morale, une leçon, une règle de vie, un conseil.

Ex : « L’habit ne fait pas le moine. »

 

 



Gradation (ascendante) : Nom féminin. Ordonnancement de terme ou d’expression selon une progression pour provoquer un effet d’amplification. A l’inverse, pour une gradation descendante la série est dans un ordre décroissant ou marque une régression.

Ex (ascendante) : « C’est un roc !… C’est un pic !… C’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! »
(Edmond Rostand / 1868-1918 / Cyrano de Bergerac)

Ex (ascendante) : « On tue un homme : on est un assassin. On en tue des millions : on est un conquérant. On les tue tous : on est un Dieu. »
(Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d’un biologiste)

 

 



Graffiti : Nom masculin. Inscription hâtive ou dessin tracé ou gravé sur les murs, de caractère souvent spontané, agressif, subversif, satirique ou caricatural.

Ex : 

 

 



Homélie : Nom féminin. Sermon, instruction, commentaires sur des textes religieux. Au sens figuré, discours ennuyeux, plein d’affectation moralisante ou doctrinale.

Ex : « Le monde actuel a besoin de témoins de cet amour. Il a besoin que vous soyez le sel de la terre et la lumière du monde. Le monde a besoin de vous, le monde a besoin de sel, de vous comme sel de la terre et lumière du monde. Le sel est utilisé pour conserver et maintenir saine la nourriture… »
(Jean Paul II / JMJC de 2002 Toronto)

 

 



Homéotéleute (du grec homios, même et teleute, fin) : Nom féminin. Figure de rhétorique qui consiste à placer une même terminaison phonétique à la fin de mots ou groupe de mots proches les uns des autres. La rime et l’assonance sont des homéotéleutes particulières.

Ex : « Il y avait cette rumeur de foule qui s’amuse et cette clameur de charlatans qui rusent et ce grondement d’objets qui s’usent. »
(Raymond Queneau / 1903-1976 / Pierrot mon ami)

Ex : « Que pour nous battre, et de nous battre un contre quatre… »
(Edmond Rostand / 1868-1918 / L’Aiglon)

 

 



Hypallage : Nom féminin. Procédé qui, par décalage de la relation logique entre les éléments d’une phrase, attribue à un mot ou à une expression, ce qui convenait à un autre mot de la même phrase.

Ex : Marcher d’un pas décidé.

Ex : Dieu envoya sa lumière miséricordieuse.
(C’est Dieu qui est miséricordieux pas la lumière)

 

 



Hyperbate : Nom féminin. Figure de rhétorique par lequel on modifie l’ordre habituel des mots ou la construction d’une phrase par ajout d’une proposition.

Ex : Il la trouve belle, merveilleusement.

 

 



Hyperbole : Nom féminin. Exagération; procédé qui consiste à mettre en relief une idée avec une expression ou en employant des mots qui vont au-delà de la pensée, mais en les prenant au sens figuré.

Ex : Etre vert de rage.

Ex : Une histoire à dormir debout.

Ex : « Peuple, qui de ton sang écrivit la légende. »
(Edmond Rostand /1868-1918).

Ex : « La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l’auréole. »
(Karl Marx / 1818-1883 / avec Engels, Critique de « La philosophie du droit » de Hegel, 1844)

 

 



Hypothèse : Nom féminin. Supposition, conjecture qui porte sur l’explication de faits passés ou présents, ou sur la possibilité de survenue d’événements futurs.

Ex : 

 

 



Hypotypose : Nom féminin. Figure de style consistant en une description réaliste, animée et frappante de la scène dont on veut donner une représentation imagée. Synonyme : tableau. Elle peut prendre la forme d’une énumération de détails concrets.

Ex : [dans les baignoires de la grotte de Lourdes] « Il s’y rencontrait de tout, des filets de sang, des débris de peau, des croûtes, des morceaux de charpie et de bandage, un affreux consommé de tous les maux, de toutes les plaies, de toutes les pourritures. Il semblait que ce fut une véritable culture de germes empoisonneurs, une essence des contagions les plus redoutables, et le miracle devrait être que l’on ressortit vivant de cette boue humaine. »
(Emile Zola / 1840-1902 / Lourdes / 1896)

Idiotisme : Nom masculin. Locution, tournure spécifique à un idiome, à une langue et qui ne peut être traduite littéralement dans un autre.

Ex : Tirer le diable par la queue.

Ex : Promettre ses grands dieux.

 

 



Image : Nom féminin. Moyen de rendre une idée plus sensible, plus poétique en attribuant à l’objet dont il est question, des formes, des apparences empruntées à d’autres objets présentant avec lui de fortes similitudes. Voir comparaison, métaphore.

Ex : une mer d’huile

Ex :

 

 



Injonction : Nom féminin. Ordre précis, formel, exprès.

Ex : « Tuez-les tous, car Dieu saura reconnaître les siens ! »
(Arnaud Amalric, abbé de Citaux, le légat du pape lors de la prise de Béziers en 1209)

 

 



Instruction : Nom féminin. Ordre, explication pour l’accomplissement d’une tâche ou d’une affaire.

 

 



Isolexisme : Nom masculin. Figure de rhétorique consistant à réunir au moins deux mots ayant la même racine, dans le but de créer un mot nouveau, un effet emphatique ou comique.

Ex : Vivre sa vie.

Ex : « Je ne sais pourquoi ils disent ce qu’ils disent. »
(Anatole-François Thibault, dit Anatole France / 1844-1924).

Ex : (double isolexisme + chiasme) : « Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Spectacle)

 

 



Jeu de mots : Nom masculin. Equivoque, plaisanterie basée sur la ressemblance, la consonance ou la signification des mots. Les calembours et les contrepèteries sont des jeux de mots.

Ex : Le Père Kolateur, L’abbé Résina, L’Abbé Tonnière…

Ex : Saint Tura, Saint Taxe, Saint Gulier…

Ex : « Dans chaque église, il y a toujours quelque chose qui cloche. »
(Jacques Prévert / 1900-1977 / Fatras)


 

 



Jocrissade : Nom féminin. Propos ou sentence faussement niaise ou paradoxale, dans le but de duper. Origine : Jocrisse, personnage de comédie, benêt qui se laisse mener par le premier venu.

Ex : « N’ayez pas de voisins, si vous voulez vivre en paix avec eux. »
(Alphonse Karr)

Ex : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent »
(Evangile selon saint Matthieu / 5.44)

 

 



Jugement : Nom masculin. Opinion favorable ou défavorable; sentiment, appréciation.

Ex : « La liberté de conscience est fondée sur l’autonomie de jugement grâce à l’école de la République, la seule école vraiment libre, car elle s’ouvre gratuitement à tous les enfants du peuple, et n’a d’autre souci que de libérer les consciences humaines grâce à une culture universelle. »
(Henri Pena-Ruiz, philosophe / septembre 2003)

 

 



Kakemphaton : Nom masculin. Ensemble de mots ayant une sonorité dissonante ou étonnante.

Ex : « Il sortit de la vie comme un vieillard en sort. »
(Victor Hugo / 1802-1885)

(Claude Frisoni)
Langue de bois : Féminin. Discours parlé ou écrit, plus particulièrement en politique, utilisant des mots et des idées stéréotypées et n’apportant aucune information nouvelle.

Ex : « Il [Jean-Paul II] est parfois confronté à des difficultés physiques, mais à l’intérieur il se sent très bien. »
(Jozef Tomko, cardinal slovaque)

 

 



Lapalissade : Nom féminin. Réflexion banale et proche de la niaiserie, qui explique des évidences.

Ex : « Un quart d’heure avant sa mort, il était encore en vie. »
(mauvaise transcription d’un quatrain écrit par les soldats du Maréchal Jacques de La Palice)

Ex : « On ne peut pas peigner un diable qui n’a pas de cheveux. »
(Proverbe français)

 

 



Leçon : Nom féminin. Avis, conseil, en vue d’orienter la conduite de celui ou de ceux auxquels ils sont destinés. Avertissement reçu de quelqu’un ou que l’on tire d’événements désagréables, mettant en garde pour l’avenir.

Ex :

 

 



Lieu commun : Masculin. Banalité, vérité générale pouvant s’appliquer à tout.

Ex : Une fois n’est pas coutume.

 

 



Litote : Nom féminin. Figure de rhétorique consistant à atténuer l’expression de la pensée pour suggérer plus qu’on ne le dit.

Ex : « Il n’est pas gentil » (pour suggérer : il est méchant).

Ex : « Va, je ne te hais point. »
(Corneille, Le Cid);

Ex : « Ce n’est pas un enfant de chœur. »

 

 



Locution : Nom féminin. Ensemble figé de mots, qui équivaut à un seul mot; tour de la langue écrite ou parlée.

Ex : Pomme de terre.

Ex : Les dieux du stade

Ex : Grenouille de bénitier

Ex : Punaise de sacristie :
« J’tombai sur un boisseau d’punais’s de sacristie
Me prenant pour une autre en chœur elles m’ont dit :
Mon père chantez-nous donc quelque refrain sacré
Quelque sainte chanson dont vous avez l’secret »

(Georges Brassens / 1921-1981 / Le mécréant)

Madrigal : Nom masculin. Petite pièce en vers, poésie galante, exprimant des pensées fines, tendres ou raffinées.

Ex : « Le paon fait la roue
Le hasard fait le reste
Dieu s’assoit dedans
Et l’homme le pousse »

(Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles – La brouette ou les grandes inventions)

 

 



Maxime : Nom féminin. Pensée ou formule énonçant un principe de morale, une règle de vie ou de comportement, une ligne de conduite, un jugement d’ordre général.

Ex :

 

 



Métaphore : Nom féminin. Figure de rhétorique consistant à remplacer un mot par une expression en vertu d’une comparaison implicite d’un terme concret par un terme abstrait imagé.

Ex : « sortir de ses gonds »

Ex : « Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage; »
(Charles Baudelaire / 1821-1867 / Les fleurs du mal, L’ennemi)

Ex : « Les fous de Dieu »

Ex : « Porter la soutane »

 

 



Métonymie : Nom féminin. Figure de rhétorique consistant à nommer un objet à l’aide d’un terme désignant un autre objet ayant généralement avec le premier un lien d’appartenance ou proche sémantiquement. La métonymie exprime l’effet par la cause, le tout par la partie, le contenu, par le contenant.

Ex : « Boire un verre » ;

Ex : « L’Elysée » pour désigner le Président de la République et son cabinet.

Ex : Le « Vatican » pour désigner les autorités catholiques

 

 



Morale : Nom féminin. Conclusion d’ordre morale qu’un écrivain tire de son œuvre; conclusion qu’on peut tirer d’un événement ou conduite qu’il invite à suivre.

Ex : « Nous ne désirons pas les choses parce qu’elles sont bonnes, mais nous les déclarons bonnes parce que nous les désirons. »
(Baruch Spinoza / 1632-1677 / Ethique)

 

 



Morceau : Nom masculin. Fragment d’une œuvre.

 

 



Mot : Nom masculin. Parole piquante ou ingénieuse; sentence, phrase mémorable, historique.

Ex :

 

 



Niaiserie : Nom féminin. Discours, parole niaise, stupide; sottise; idiotie; ânerie.

Ex

 

 



Objection : Nom féminin. Remarque écrite ou parlée en opposition à une proposition, à un autre texte ou discours.

Ex :

 

 



Observation : Nom féminin. Remarque nuancée de reproche; légère réprimande; objection.

 

 



Oxymore ou oxymoron : Noms masculins. Mots antinomiques, opposés, placés côte à côte.

Ex : Un silence éloquent.

Ex : Un mort-vivant

Ex : L’Abbé Meslier : « un prêtre mécréant »
(Michel Onfray / né en 1959 / Traité d’athéologie / 2005)

Ex : 

Ex : radar

Ex : « Elue se repère seule ».

Ex : « Even in Eden I win eden in Eve »
(Même dans l’Éden je gagne mon paradis en Éve)

Il existe aussi des palindromes de phonèmes, de syllabes, de mots, de vers.

Exemple de palindrome de syllabes
« Suis-je ici senne jetée à l’eau ? Athée ? Je ne sais si j’y suis. »

(Jacques Perry-Salkow / L’esseulé, Litanie en italie)

 

 



Parabole : Nom féminin. Texte allégorique pour exprimer une leçon de morale ou un principe religieux.

 

Ex

 

 



Paradoxe : Nom masculin. Opinion, affirmation allant à l’encontre de l’opinion communément admise.

Ex : 

 

 



Parallélisme : Nom masculin. Succession de deux ou plusieurs groupes de mots ou propositions qui ont la même construction syntaxique (symétrie).

Ex : « Dieu est l’auteur de la pièce; Satan est le directeur du théâtre. »
(Victor Hugo / 1802-1885 / Océan)

Ex : « La société est à ses membres ce que Dieu est à ses fidèles. »
(Emile Durkheim / 1858-1917 / Les formes élémentaires de la vie religieuse)

Ex : « Car les mythes sont à la religion ce que la poésie est à la vérité, des masques ridicules posés sur la passion de vivre »
(Albert Camus / 1913-1960 / Noces)

 

 



Parataxe : Nom féminin. Construction consistant à disposer côte à côte deux ou plusieurs propositions ou phrases apparemment sans rapport entre elles, en laissant implicite ce qui les relie.

Ex : « Veni, vidi, vici. »

Ex : « J’avais une balle dans la poche, quelqu’un m’a jeté la Bible, la balle m’a sauvé la vie. »
(Woody Allen / né en 1935 / Powered by Oxygen)

 

 



Parole : Nom féminin. Pensée, sentence.

Ex : « Rien de plus vrai que cette parole de Voltaire : « Dieu a fait l’homme à son image, mais l’homme le lui a bien rendu ». »
(Guy de Maupassant / 1850-1893 / Contes et nouvelles, La Horla)

Ex : « Prier Dieu, c’est se flatter qu’avec des paroles, on changera la nature. »
(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778 / Le Sottisier)

 

 



Paronomase : Nom féminin. Rapprochement dans la même phrase de mots voisins par la sonorité mais de sens différents. Remplacement d’un mot par un autre, proche par le son mais différent par le sens.

Ex : « Qui vivra verra. »

Ex : « Qui vole un oeuf vole un bœuf. »

Ex : « … (…) qu’ils aillent offrir au champ d’horreur
Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître. »
(Jaques Brel / 1929-1978)

 

 



Passage : Nom masculin. Partie, extrait, fragment d’un texte, bribe.

 

 



Pensée : Nom féminin. Réflexion brève; sentence extraite d’un texte ; maxime.

Ex : « La sagesse commence où finit la crainte de Dieu. »
(André Gide / 1869-1951 / Journal 1889-1939 / 15 janvier 1929)

 

 



Périphrase : Nom féminin. Procédé qui consiste à exprimer en plusieurs mots ou par une circonlocution ce que l’on pourrait dire en un seul ou plus brièvement.

Ex : « L’astre de la nuit. »

Ex : « Le plus vieux métier du monde ».

Ex : Les « professionnels du Seigneur et du bon Dieu. »
(René Barjavel / 1911-1985 / La Faim du Tigre)

 

 



Pétition de principe : Nom féminin. Sophisme (erreur de logique), illusion de raisonnement qui consiste à tenir pour vrai ce qui est supposé être démontré en l’affirmant dans une des prémisses. La conclusion est donnée sans argument ni preuve.

Ex : « Si Dieu n’existait pas il serait imparfait, or Dieu est parfait… donc il existe »

Ex : « La Bible dit que Dieu existe, la Bible a été dictée par Dieu, donc, Dieu existe. »

 

 



Phrase : Nom féminin. Unité de langage qui correspond à un énoncé complet, se suffisant à lui-même.

Ex : « Toutes les idées, toutes les phrases, toutes les discussions, toutes les croyances sont des rengaines. »
(Guy de Maupassant / 1850-1893 / Correspondance – Lettre à Marie Bashkirtseff – Mars 1884)

 

 



Phrases : Nom féminin. Discours creux et vide, paroles vaines et prétentieuses.

Ex : « Je n’appréhende point ici les arguments des Académiciens, ni qu’ils me disent: « Mais vous vous trompez! » Car si je me trompe, je suis, puisque l’on ne peut se tromper si l’on n’est. Puis donc que je suis, moi qui me trompe, comment me puis-je tromper à croire que je suis, vu qu’il est certain que je suis si je me trompe? Ainsi puisque je serais toujours moi qui serais trompé, quand il serait vrai que je me tromperais, il est indubitable que je ne me puis tromper lorsque je crois que je suis. »
(Saint-Augustin / 354-430 / Cité de Dieu)

 

 



Pique : Nom féminin. Parole intentionnellement offensante ; allusion malveillante, blessante.

Ex : « La religion catholique est une méthode pour obtenir le ciel en mendiant. Mais comme il est trop difficile à obtenir, les prêtres servent d’entremetteurs. »
(Arthur Schopenhauer / 1788-1860)

Ex : « La religion tolérait bien des faiblesses, quand on gardait les convenances. »
(Emile Zola / 1840-1902 / Nana / 1880)
Pléonasme : Nom masculin. Donner, à l’aide d’expressions différentes, des informations redondantes.

Ex : Je descends en bas.

Ex : Un riche milliardaire.

Ex : Une illusion trompeuse.

Ex : Dieu éternel

Ex : « Paradis artificiels. C’est un pléonasme. »
(Louis Aragon / 1897-1982 / Traité du style, L’Imaginaire)

Ex : « Allah : Est grand. Il faudrait nous expliquer comment un dieu unique pourrait être petit. Et pourquoi, surtout, il convient de répéter ce stupide pléonasme plusieurs fois par jour. Y aurait-il un doute ? »
(Jean-François Kahn / né en 1938/ Dictionnaire incorrect / 2005)

 

 



Pointe : Nom féminin. Trait d’esprit recherché; formulation qui termine une épigramme ou un madrigal.

Ex : « Très attaqué, Dieu se défend par le mépris, en ne répondant pas. »
(Jules Renard / 1864-1910 / Journal – 28 janvier 1908)

Ex : « C’est sûr qu’il était juif [Jésus], il a vécu avec sa mère jusqu’à 33 ans. Il croyait quelle était vierge et elle croyait qu’il était dieu. »
(Michel Boujenah / né en 1952)

Ex : « La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe. »
(Jacques Prévert / 1900-1977)

 

 



Poncif : Nom masculin. Expression banale et conventionnelle, lieu commun.

Ex : « Pour des siècles, des siècles. »

Ex : « Que le seigneur soit avec vous. »

Ex : « Jésus-Christ est parmi nous. »

Ex : « L’éternité vient dans le temps, l’immensité dans la mesure, le Créateur dans la créature, Dieu dans l’homme, la vie dans la mort… »
(Saint Bernardin de Sienne / 1380-1444 / De triplici Christi navitate)

 

 



Postulat : Nom masculin. Principe dont l’acceptation est nécessaire pour réaliser une démonstration.

Ex : « Dieu existe. »
(pour les croyants)

 

 



Précepte : Nom masculin. Enoncé qui enseigne ce qui doit être accompli dans un certain domaine : philosophie, religion, morale, art…

Ex : « Le septième jour est un sabbat ; un repos complet consacré au Seigneur. »
(Bible, Ex 31, 15 / 3ème commandement du Décalogue)

 

 



Préciosité : Nom féminin. Discours recherché, empreint d’un raffinement artificiel, utilisant des mots rares, des idées surprenantes; affectation de manières confinant au ridicule.

Ex : « L’Évolution, en découvrant un sommet au Monde, rend le Christ possible, tout comme le Christ, en donnant un sens au Monde, rend possible l’Évolution. »
(Pierre Teilhard de Chardin / 1881-1955)

 

 



Prémisse : Nom féminin. Chacune des deux premières propositions d’un syllogisme. Elément permettant d’aboutir à une conclusion.
Ne pas confondre avec « prémices » : premiers effets, commencements.

 

 



Prescription : Nom féminin. Ordonnance, précepte. Ordre formel, détaillé qui énumère ce qu’il faut faire.

Ex : « […] il y aurait un indubitable avantage à laisser Dieu tout à fait hors du jeu et à admettre honnêtement l’origine purement humaine de tous les dispositifs et prescriptions culturels. En même temps que le caractère sacré revendiqué par les commandements et lois, tomberaient aussi leur rigidité et leur immutabilité. Les hommes pourraient comprendre que ceux-ci ont été crée non pas tant pour les dominer que bien plutôt pour servir leurs intérêts, ils établiraient avec eux un rapport plus amical, se fixant pour but, au lieu de les abolir, de seulement les améliorer. »
(Sigmund Freud / 1856-1839 / L’avenir d’une illusion)

 

 



Prétérition : Nom féminin. Figure de style où l’on commence par indiquer qu’on ne veut pas exprimer ce qui est néanmoins exposé dans la suite de la phrase ou du discours.

Ex : « Inutile de vous rappeler toute l’importance que j’accorde à ce projet. »

Ex : « Je n’ai pas l’intention de vous raconter que j’ai rencontré notre curé sortant de la mosquée ce matin. »

 

 



Principe : Nom masculin. Précepte, manière de voir ; énoncé philosophique servant de base à une déduction.

Ex : Le principe rationaliste : « Il n’y a rien dans le réel que l’on soit fondé à considérer comme radicalement réfractaire à la raison humaine.
(Emile Durkheim / 1858-1917 / L’éducation morale)

Ex : « Le principe que nous mettons au-dessus de tout est que rien ne naît du néant grâce au pouvoir divin [ex nihilo nihil].
(Lucrèce / 98-55 avant JC / De Rerum Natura)

Ex : « Le sceptique qui professe que « tout est incertain » doit faire une exception pour le principe qu’il vient de formuler, mais c’est une exception ruineuse. »
(Robert Joly / 1929-1987 / Dieu vous interpelle ? Moi, il m’évite… )

 

 



Prosopopée : Nom féminin. Figure de rhétorique consistant à donner la parole à un absent, à une personne, à un animal ou à un être inanimé (nature, temps) qui est personnifié.

Ex : « Je suis belle, ô mortels, comme un rêve de pierre. »
(la beauté, Charles Baudelaire / 1821-1867 / Les fleurs du mal, La Beauté)

Ex : « Elle me dit: « Je suis l’impassible théâtre
Que ne peut remuer le pied de ses acteurs; »
(la nature, Alfred de Vigny / 1797-1863 / La maison du berger)

Ex : « Ô mon âme, tu es capable de Dieu, malheur à toi si tu te contentes de moins que de Dieu! »
(Saint François de Sales / 1567-1622 / Introduction à la vie dévote)

 

 



Protase : Nom féminin. Première partie de la phrase dans l’analyse mélodique, juste avant l’acmé et l’apodose, en particulier dans un système conditionnel.

Ex : « Et le Christ ? (protase) C’est un anarchiste qui a réussi.(acmé) C’est le seul. (apodose) »
(André Malraux/ 1901-1976)

 

 



Proverbe : Nom masculin. Expression figée, sentence, maxime exprimée en peu de mots, issue de l’expérience collective et devenue populaire, traduisant une vérité générale, une leçon, une règle de conduite, une sagesse populaire.

Ex : « La vengeance est le plaisir des dieux. »
(Proverbe français)

Ex : « Qui veut bonne vengeance, qu’il en charge Dieu. »
(Proverbe italien)

Ex : « Prie Dieu, mais continue de nager vers le rivage. »
(Proverbe russe)

Voir d’autres proverbes

Raccourci : Nom masculin. Façon de s’exprimer en peu de mots.

Ex : parler chiffons.

Ex : « Dieu est mort! »
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Le Gai Savoir)

 

 



Recommandation : Nom féminin. Avis, conseil; incitation à réaliser quelque chose, à adopter une certaine attitude.

 

 



Règle : Nom féminin. Principe moral de portée générale, loi qui doit diriger notre conduite ; prescription qui émane d’un usage, d’une autorité.

Ex : « La seule règle qui soit originale aujourd’hui : apprendre à vivre et à mourir, et pour être homme, refuser d’être Dieu. »
(Albert Camus / 1913-1960 / L’Homme Révolté)

Ex : « L’ensemble des règles morales forme vraiment autour de chaque homme une sorte de barrière idéale, au pied de laquelle le flot des passions humaines vient mourir, sans pouvoir aller plus loin. »
(Emile Durkheim / 1858-1917 / L’éducation morale)

 

 



Remarque : Nom féminin. Observation, constat, réflexion critique; opinion qu’on formule sur quelque chose.

Ex : « Remarquez que les temps les plus superstitieux ont toujours été ceux des plus horribles crimes. »
(François-Marie Arouet, dit Voltaire / 1694-1778 / Dictionnaire philosophique)

 

 



Répétition : Nom féminin. Action de reproduire plusieurs fois le même mot, la même expression, la même idée, dans un discours ou un texte.

Ex : « Qui ne croit pas à l’enfer ne va pas en enfer. »
(François Cavanna / né en 1923 / Le Hun blond)

 

 



Réversion : Nom féminin. Inversion de l’ordre syntaxique des termes entre deux propositions juxtaposées (exemple lorsque complément devient le sujet et réciproquement). C’est une forme de chiasme.

Ex : « Dieu créa l’homme ou l’homme créa Dieu ? »

Ex : « Ceux qui donnent des canons aux enfants
Ceux qui donnent des enfants aux canons »

(Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles)

Saillie : Nom féminin. Trait, mot d’esprit brillant, imprévu; boutade.

Ex : « Bientôt deux mille ans que Jésus est parti, et toujours pas une seule carte postale. »
(Charb, Charlie Hebdo)

 

 



Sentence : Nom féminin. Maxime, pensée, courte phrase de portée générale, souvent affectée; jugement de morale.

 

 



Slogan : Nom masculin. Phrase ou formule choc, brève, bien rythmée et frappante, utilisée en publicité ou en politique pour marquer les esprits.

Ex : « Dieu fond dans la bouche, pas dans la main. »
(Pierre Desproges / 1939-1988)

 

 



Sophisme : Nom masculin. Raisonnement fallacieux qui prend l’apparence de la rigueur et de la logique, mais qui, en fait, est faux car incomplet ou ambigu.

Ex : Il n’y a aucune preuve que Dieu existe, donc Dieu n’existe pas.

Ex : Il n’y a aucune preuve que Dieu n’existe pas, donc Dieu existe.

Ex : « L’impossibilité où je suis de prouver que Dieu n’est pas, me découvre son existence. »
(Jean de La Bruyère / 1645-1696 / Les Caractères)

Ex : « Si nous prenons en main un volume quelconque, de théologie ou de métaphysique scolastique, par exemple, demandons-nous : Contient-il des raisonnements abstraits sur la quantité ou le nombre ? Non. Contient-il des raisonnements expérimentaux sur des questions de fait et d’existence ? Non. Alors, mettez-le au feu, car il ne contient que sophismes et illusions. »
(David Hume / 1711-1776 / Enquête sur l’entendement humain / 1748)

 

 



Spéculation : Nom féminin. Pensée, idée, abstraite, arbitraire et invérifiable.

Ex : Après la mort, l’âme quitte le corps pour aller au paradis (ou en enfer).

 

 



Stéréotype : Nom masculin. Opinion toute faite, idée reçue. Ensemble de mots, association d’images qui, originellement sans rapport, forment de nouvelles expressions, indissociables, banalisées.

Ex : Les savants sont distraits.

Ex : Les jésuites sont astucieux et hypocrites.

 

 



Syllepse grammaticale : Nom féminin. Accord de mots (noms, adjectifs, verbes) selon le sens et non selon le genre ou le nombre.

Ex : Autrefois, le dimanche matin, une foule d’hommes et de femmes sortaient de l’église à la fin de la messe.

 

 



Syllepse de sens : Nom féminin. Utilisation dans une même phrase d’un mot à la fois dans son sens propre et son sens figuré. Cf. zeugme.

Ex : « Vêtu de probité candide et de lin blanc »
(Victor Hugo / 1802-1885 / La légende des siècles, Booz endormi)

 

 



Syllogisme : Nom masculin. Raisonnement formel qui déduit le particulier du général. Le syllogisme est composé de trois propositions (la majeure, la mineure et la conclusion) et telles que la conclusion est déduite de la majeure par l’intermédiaire de la mineure. Majeur et mineur sont les prémisses.

Ex : « Tous les hommes sont mortels (majeure), or tu es un homme (mineure) ; donc tu es mortel (conclusion). »

 

 



Symploque (du grec sumplokê, entrelacement) : Nom féminin. Procédé de style qui consiste à répéter un mot ou groupe de mots en début de phrase et un autre en fin de phrase ou membre de phrase. C’est donc l’emploi simultané de l’anaphore et de l’épiphore :

Ex : « Qui est l’auteur de cette loi ? Rullus.
Qui a privé du suffrage le peuple romain ? Rullus.
Qui a présidé les comices ? Rullus. »
(Cicéron / 106-43 avant JC)

 

 



Synecdoque : Nom féminin. Procédé consistant à utiliser un terme à la place d’un autre en lui donnant un sens plus large que dans son emploi ordinaire.

Ex : Une voile à l’horizon.

Ex : Elle enfila son vison.

Ex : Réciter un chapelet.

 

 



Synopsis : Nom féminin. Bref aperçu, résumé de l’ensemble d’une science, d’un objet d’enseignement. Courte présentation d’un sujet.
Synopsis est masculin quand il s’agit du résumé ou d’un plan pour un scénario de film.

 

 



Synthèse : Nom féminin. Exposé rassemblant les différents éléments d’un ensemble; elle suit la thèse et l’antithèse.
Tapinose : Nom féminin. Hyperbole contraire, expression exagérée, à caractère réducteur, péjoratif, ironique.

Ex : Il ne casse pas trois pattes à un canard.

Ex : Il n’a pas inventé le fil à couper le beurre.

Ex : Ce n’est pas un enfant de choeur.

 

 



Tautologie : Nom féminin. Répétition d’une même idée en termes différents qui n’apporte rien à la démonstration. Négligence de style consistant à présenter comme des idées différentes ce qui en réalité, n’est que la même idée sous plusieurs formes.

Ex : « 100% des gagnants ont tenté leur chance. »
(Publicité du LOTO)

Ex : Je l’ai vu de mes propres yeux.

 

 



Théorie : Nom féminin. Ensemble organisé de connaissance, de point de vue, d’opinions sur un sujet déterminé.

Ex : « La seule forme authentique de l’athéisme c’est, dans la théorie, la philosophie rationnelle et critique qui refuse toute prétention de fonder la vie sur des absolus; et dans la pratique une éthique pragmatique (donc sceptique), régulatrice du désir dans la relation à soi et aux autres en vue de réduire le risque de violence, d’accroître l’autonomie et la solidarité précisément humaine en ce qu’elle fait du désir et de ses ambivalences et contradictions l’essence de l’homme. »
(Sylvain Reboul / Débat avec Pascal Jacob)

 

 



Thèse : Nom féminin. Proposition, idée que l’on énonce, affirme et soutient. Première partie du raisonnement dialectique, dont la seconde est l’antithèse, et la troisième la synthèse.

Ex : « Qu’on parcoure une à une les thèses morales exposées dans les chartes du christianisme, et l’on trouvera partout que les exigences sont tendues outre mesure, afin que l’homme n’y puisse pas suffire : l’intention n’est pas qu’il devienne plus moral, mais qu’il se sente le plus possible pécheur. »
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Humain, trop humain)

 

 



Tournure : Nom féminin. Façon d’agencer les mots ou expressions dans une phrase.

 

 



Trait : Nom masculin. Expression, pensée piquante, vive, ingénieuse. Passage remarquable, brillant dans un texte.

Ex : « Je ne sais pas si Dieu existe. Mais s’il existe, j’espère qu’il a une bonne excuse. »
(Woody Allen / né en 1935)

Ex : « Dieu est mort, Marx est mort et moi-même, je ne me sens pas très bien… »
(Woody Allen / né en 1935)

Ex : « Un jour, Dieu à dit :
- Je partage en deux : les riches auront de la nourriture, les pauvres auront de l’appétit. »

(Michel Colucci, dit Coluche / 1944-1986)

Ex : « Je choisirai le paradis pour le climat, et l’enfer pour la compagnie. »
(Mark Twain / 1835-1910 / Ecrivain et humoriste américain)

 

 



Trope : Nom masculin. Translation du sens d’un mot, emploi d’un mot dans un sens figuré. Métaphore, métonymie, synecdoque sont des formes de tropes.

 

 



Truisme : Nom masculin. Vérité banale, sous-entendue, si évidente qu’elle ne méritait pas d’être énoncée.

Ex : « L’été est la saison la plus chaude ».

Ex : « Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche. »
(Evangile selon Luc, 20.20)
érité : Nom féminin. Opinion accréditée, confirmée ayant force d’axiome.

Ex : « L’homme cherche un principe au nom duquel il pourrait mépriser l’homme; il invente un autre monde pour pouvoir calomnier et salir celui-ci; en fait, il ne saisit jamais que le néant et fait de ce néant un « Dieu », une « vérité » appelés à juger et à condamner cette existence-ci. »
(Friedrich Nietzsche / 1844-1900 / Le crépuscule des idoles)

 

 



Zeugme ou zeugma : Nom masculin. Association dans une même phrase de deux ou plusieurs noms de nature grammaticale différente, en sous-entendant un adjectif ou un verbe déjà exprimé avec le premier des noms.

 

 



On peut distinguer deux sortes de zeugmes :

 

 

  • Le zeugme syntaxique, quand le terme occulté est utilisé dans le même sens :Ex : Il vécut de mendicité et heureux.
  • Le zeugme sémantique (également appelé attelage), quand les deux compléments se situent à des niveaux différents, l’un concret, et l’autre abstrait.Ex : Il posa son parapluie et une question.Ex : « Il s’enfonça dans la nuit et un clou dans la fesse droite. »
    (Pierre Dac / 1893-1975)Ex : « Il baissa sa culotte et dans mon estime. »
    (titre d’un livre de Maryz Courberand)Ex : « Il n’y a pas non plus, au fond une grande différence entre sacrifier ses moutons et sacrifier ses penchants. Chaque rite ou prière témoigne irréfutablement de l’idolâtrie. »
    (Arthur Schopenhauer / 1788-1860 / Parerga)

     

     

 


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...