RSS

Notre boulodrome

27 décembre 2008

Blogueurs

Notre boulodrome

Certains d’entre nous se souviennent de l’inauguration du boulodrome de trézel  puis d’un grand concours organisé plus tard.

Vous avez certainement en mémoire les allées et venues du docteur Parrot avec sa caméra. Hélas  ce film a disparu mais le docteur l’avait sonorisé et voici ce commentaire que j’ai transcrit fidèlement  

Jean-marc Parrot

«  en ce 8 mai 1953, l’après-midi a lieu l’inauguration du boulodrome la trzélienne-boule, en présence de M.Martino et de M.Casabo , celui-ci prend la parole devant M.S alado, M.Pailhes et une nombreuse assistance ensuite .M.Salado  reçoit des mains d’une petite fille une paire de ciseaux et coupe le ruban traditionnel .Les autorités entrent alors dans le boulodrome qu’elles  visitent au fond la buvette qui tout à l’heure  connaîtra une nombreuse affluence sur les « courts »de nombreux joueurs et différentes quadrette venues des environs Frenda, Palat… se livrent à des « combats »  amicaux  et le nouveau  boulodrome  un peu dénudé car il vient d’être construit reçoit quand  même de nombreux curieux et la buvette commence a faire des affaires le nombre de joueurs augmente on voit M.Borie   M.s Salado  père un burdéain…  il n’ya pas que les grands qui jouent aux boules voici les jeunes de douze et quinze ans qui font aussi des parties très sérieuses avec même un arbitre

Quelque temps plus tard à l’occasion d’un concours une  multitude  de quadrette venue de Burdeau  Frenda   Tiaret et autres villages envahit le boulodrome ou les arbres ont grandi ,ils sont  plus feuillus .la  buvette est appréciée car il fait une chaleur torride  ,les visiteurs  affluent et se rendent dans le jardin voisin du boulodrome voici l’arrivé des autorités M. Tourinc,  M. Salado  et M. Mme   Pailhes  Jacqueline Salado.

Dans ce jardin   de nombreuses tables sont installées et les gens viennent  prendre l’apéritif en attendant les résultats du concours qui ne seront donnés que tard le soir, tandis que l’orchestre « Bing Bang jazz » sous la direction de M.Giboin  ravit les visiteurs

Nous nous promenons  voici  M. Ayela  l’instituteur  Madame  Rodriguez  Mademoiselle Pagan  madame Arroyas   M et madame  Violet mademoiselle Olive  sur les genoux de sa maman la table des officiels avec madame Parrot  m et madame Pailhes M et  madame Tourinc .Nous croisons M Arroyas fils et M Arroyas père ,un groupe de frendéains ou de palatois et le toubib qui ,pour une fois ,n’est pas derrière la caméra .La fête continue ,on sirote des apéritifs ,on applaudit l’orchestre ,on danse et la matinée se termine avec l’arrivée enfin du magistrat cadeau offert par M.Salado à tous les joueurs de boules qui ont rejoint les tables :trente cinq ou trente six méchouis rôtis à point ,dodus et appétissants .Applaudissements, serments de tous les convives .  M Salado surveille la découpe et on mange …Bon appétit !!

La table des gendarmes avec M.Casabo ,celle de M.Edmond  Poirault, celle de Khines,celle de Georges Grig … Les cuistaux : M Hugon , M.Borel ,M.Perez ,M.Bauthéac.

M.Ortéga ,maire de Frenda et de la fête .vers la fin de l’après-midi ,les visiteurs affluent encore ,ils se rendent sous la pergola pour prendre un dernier apéritif .Et la journée se termine ,au soleil couchant ,les dernières quadrettes vivent leurs dernières « mènes ».Le verdict n’est rendu que vers 22 heures ! Ainsi une belle journée fut vécue à Trézel en 1953

Docteur Georges Parrot

Journal annuel Le trézél lien N° 8 du mois de décembre 2008

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Notre boulodrome”

  1. Un ami Dit :

    En ce meme jour, nos peres, nos meres, freres et soeurs, les va-nus-pieds ceux qu’ils appelaient les indigenes vivaient dans la misere et l’ignorance imposee de force par ces memes colons! Eux ils se permettaient de festoyer sur une terre qu’ils ont violee et conquise et voila les nostalgiques d’aujourd’hui – ceux qui vivent encore parmi nous- les nostalgiques de cette maudite era qu’ils veuillent bien la revivre. Pas en tant qu’acteurs mais en bons et dociles sauvages (Vous vous souvenez du missionnaire et du bon sauvage?). Malek Benabi l’avait si bien dit. Nous etions colonisables car toutes les conditions y etaient reunies. Et a ce que je remarque, ces memes conditions persistent encore de nos jours.
    Je suis d’accord avec Monsieur Kelouche quand il disait qu’il faut regarder vers l’avenir!
    Rabah s’il te plait publie ce commentaire et ne prete pas oreille a ceux qui veulent me discrediter. Ce blogue appartient a tous les sougris. Si vous etes democrates – tous tant que vous etes – , soyez pret a ecouter d’autres opinions. Merci

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...