RSS

La Faire Phare S

26 novembre 2008

BENBRAHIM DJILALI, Fares El Ahlam

Mercredi 26 Novembre 2008 15h01mn 29s
Auteur     : Djilali Benbrahim (IP: 41.201.96.71 , 41.201.96.71)
E-mail     :
bendji1er@yahoo.fr
URL        :
La Faire Phare S
    En ce jour de L’An de Grâce et  de Pitié,  Le Vain Set Nos Vents BRR !
La Cour se réunit sous la présidence de l’Eau Nos Râble J’eus Je Van Vrahim.
Avant de rendre ses décisions concernant l’épineuse affaire « Farés »


            Considérons les Considérants Sidérants :
Considérant que le prévenu s’exprime et écrit de manière correcte dans langue de Molière ; Considérant que dans un de ses écrits il est dit : « …Seulement désespéré de…  au lieu de érée»  dans     un  document présenté à la cour  le 7 Novembre 2008 et classé pièce à conviction N° 1
Considérant que dans un autre passage où le prévenu, s’exprimant en toute liberté  et sans aucune contrainte ni torture, avouant un menu larcin au détriment des PARTOUCHE commis jadis et touché par la prescription, il y est dit clairement : « …elle me dit, mon fils… » Dans un document présenté à la cour et classé pièce à conviction N°2
Considérant  la tentative  frauduleuse présentée par la défense consistant à installer un doute au sein cette honorable cour  comme nulle et non avenue ; document présenté le lundi 24 novembre 2008 à 19h 44mn et classé pièce à conviction N°3 et :
La Cour,
Déclare Solennellement que le Sus Nommé Farés El  Ahlam, activant au sein du blog Nador culture, est un agent de sexe masculin, et autorise par ce fait prouvé par le représentant du parquet, tous les agents du dit blog à dire : «  MONSIEUR FARES. »
Considérant que c’est son oncle qui est parti s’excuser auprès des PARTOUCHE,
La Cour ;
Déclare le prévenu orphelin et lui accorde les circonstances atténuantes
Considérant les aveux faits à la barre de cette cour où le prévenu reconnait en DA BELAID «  un monstre de la culture (Arabe et Français et Kabyle) »
Considérant un commentaire fait à un autre agent actif du blog où le prévenu commet un lapsus significatif trahissant son origine par « Slimanesque »
Considérant que l’hirondelle peut effectivement rappeler le chanteur Kabyle : Slimane Azem.
La Cour,
Déclare le prévenu sus nommé Farés d’origine Kabyle.
Considérant les déclarations  publiées dans le blog et signées par le prévenu selon lesquelles
    Un : Il fréquentait « LIKOULFRANCIS » et allait manger à midi chez les PARTOUCHE, qui n’habitait pas loin de chez lui, sans que cela n’inquiète ses parents ;   ce seul fait nous laisse supposer qu’il  avait déjà  un certain âge ;
    Deux : il est allé à la même classe que Mme Mestefaoui    ,
Considérant que le prévenu, en citant les volleyeurs n’a pas cité ceux de la première génération tels que Boufares Amar ;BenBrahim Belkacem ; Bahtani mouloud etc..
La Cour,
Déclare  le prévenu né aux alentours  des années 53 ; et âgé aujourd’hui de 55 ans environ.
Considérant les déclarations faites par prévenu selon lesquelles il rencontrait chaque soir El Marhoum  BENALIOUA  Mohamed avec qui il discutait ;
Considérant sa connaissance de l’information selon laquelle la Bibliothèque n’est pas encore fonctionnelle ;
Considérant son insistance sur la création de la célèbre troupe EL AMAL de la musique andalouse ;
L a Cour,
Décide que le prévenu sus nommé Farés  est un mélomane  Habitant  toujours à SOUGUEUR.
Considérant le prévenu  non animé de bonne volonté pour contribuer à l’éclatement de la vérité, ce qui est du reste de son droit ;
Considérant que  l’énoncé de certains indices ; tels que le signe sur l’épaule qui peut être compris comme un grade ; comme allégation non fondée, puisque non accompagnée de preuve tangible à verser au dossier.
Considérant les tentatives dilatoires répétées poussant au report du procès ;
Considérant un manque flagrant d’élément permettant l’identification du prévenu ;
Considérant le jury, après une longue réunion, incapable de prononcer un verdict ;
La cour ;
Se déclare incompétente et renvoie l’affaire devant une autre juridiction et  son honorable juge préfère s’en remettre à la jurisprudence De Funès ; dans Rabbi Jacob. 
À propos de  son Farés, il eut la sentence suivante :
         Ah !! C’était Farés !! C’est effarant !!
En toute amitié
Djilali Benbrahim

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...