RSS

Une leçon à mon fils

29 septembre 2008

BENBRAHIM DJILALI

dnqicab7gebscathhhwscagw1imrcag97bzecawg4erlca014o2jcacqw30qcavtol83ca0s67fecahkrs1ica5z5kabcamhkzw8caellp7wcas03f1ncahuxtvnca1hbuf6cabrztuncajx5t12.jpgLundi 29 Septembre 2008 1h47mn 51s
Auteur     : Djilali Benbrahim (IP: 41.201.64.115 , 41.201.64.115)
E-mail     :
bendji1er@yahoo.fr
               Dernièrement, j’ai eu une prise de bec avec mon fils qui est venu me demander cent cinquante dinars pour payer les honoraires d’une personne chargée de lui procurer une documentation sur l’Internet pour un travail de recherche demandé par son professeur .Je l’ai prié de remettre la conversation à l’après F’tour, car sans café et cigarette, mes récepteurs défaillent.


         Après le manger donc et la fameuse cigarette, j’ai appelé mon fils pour voir plus clair et lui avouer ne pas comprendre comment on peut payer quelqu’un pour un travail de recherche qu’on est sensé faire soi-même.
         Il me traita de dinosaure d’une autre époque qui ne comprend pas que les temps avaient changé et qu’aujourd’hui tout s’achète, sauf peut-être pour les radins.
         Je lui ai rappelé que nous avions l’ADSL à la maison, et suggéré de lui donner un coup de main pour mener à bien cette recherche. Rien n’y fit, il fallait qu’il fasse comme tout le monde pour ne pas être traité de « Quarnite » par ses camarades.
        Prenant mon mal en patience, j’ai finalement cédé à sa requête lancinante   , non sans lui demander de me faire part de l’objet de sa recherche.
         Une fois seul,  j’ai préparé le sujet en six pages bien agencées, avec photos et schémas à l’appui.
         A son retour, en comparant les deux comptes rendus, le gosse était confus  et honteux … il avait reconnu qu’il s’était fait arnaquer !
         J’ai refusé de lui remettre le travail que j’avais fait sauf s’il consentait à se donner la peine de le refaire avec moi. Proposition qu’il accepta.  Il finit quand même par admettre qu’il avait tort de dépenser inutilement son argent et reconnut que la leçon valait bien les cent cinquante dinars !!Et jura qu’on ne le prendrait plus, plus tard ! »

Djilali Benbrahim
Echo de Tiaret. Octobre 2006

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...