RSS

Journée mondiale de la traduction

25 août 2008

Non classé

Espace libre Journée mondiale de la traduction

 Par maître EL’KEBICH Mohammed Benlarbi 

« La contribution du traducteur /interprète à la communication et facilitation de la circulation des biens  et des personnes sociaux économiques » 

Le fléau horrible  que nous vivons,n’est il pas le résultat d’avoir négligé  l’importance  de traduction et l’interprétation de la pensée des uns et la transmission de l’idée des autres!         

          « c’est en servant  la langue qui nous unit que nous servions le mieux  la paix » Selon un écrivain occidental célèbre,après avoir lu  la traduction des grands thèmes  du coran,il constatât: »Si  tel est L’Islam,ne  sommes-nous pas tous musulmans? » 

            L’interprète traduit et transmis notre religion,nos lois et jurisprudences,notre langage juridique,nos légendes,nos traditions,nos coutumes,nos passions et habitudes,il est notre précieux mandataire auprès des étrangers à notre langue.            Il est des hommes parmi les traducteurs-interprètes  ,qui jadis,ont pu être mesurés  à la hauteur de grands savants de l’histoire pour avoir réussi admirablement à nous transmettre ,par la traduction et l’interprétation,la connaissance des sciences,arts,lettres,coutumes,traditions ,religions,le savoir universel  et la pensée des uns au profit des autres,sans lesquels,nous saurions,aujourd’hui,aborder les problèmes de
la Communication et affronter le défi de la  mondialisation  qui avance dans un grand mouvement et climats en contradiction ,tout simplement  par le manque d’une véritable communication linguistique et un sincère dialogue  entre les communautés dont le traducteur/interprète en est le principal acteur. 

              Peut être aussi ,les professionnels  de cette passionnante  profession  qui se rencontrent pour célébrer cette journée mondiale de la traduction ,tout d’abord ,pour se connaitre ,se  renconnaitre  et mettre  les langues qu’ils connaissent  au service des communautés.                 Aussi ,de par les travaux  de réflexion des uns et le raisonnement des autres;on apprend mieux notre  profession  de traducteur –interprète et que nous sommes toujours des apprentis et apprenants les uns des autres.                                                          EXPOSE 

                 De par l’intense circulation des biens et des personnes sociaux économiques à travers le monde en général  et entre les deux rives de la méditerranée  en particulier où l’on constate  la présence  d’une forte communauté linguistique étrangère vivant au sein  d’une autre communauté  dans un etat  de droit où toute personne  humaine exerce  ses droits et obligations  que lui confère le principe  figurant dans la « déclaration universelle  des droits de l’homme . »entre autres le droits l’interprétation  et à la traduction.

Principe  des droits sacrés  de la défense  dont le traducteur –interprète en est le principal vecteur.                C’est le cas actuel des personnes en déplacement contractante dans un partenariat ,en cours de conclusions d’affaires conventions ou contrats bilatéraux touriste ou en relations  commerciales internationales,des émigrés,immigrés,réfugiés,déportés,demandeurs d’asile  admis dans un hôpital,détenus dans des établissements pénitentiaires,internés dans des champs  concentration,placés sous contrôle judiciaire. 

           Ainsi que toute personne ,partie civile,accusée prévenue  ou victime,détenue,en liberté provisoire ou  en citation directe,demandeur ou défendeur et en attente d’un procès judiciaire qui ne peut être équitable sans l’assistance  d’un traducteur/interprète JUDICIAIRE  ASSERMENTE ayant  toutes les qualités  de compétences requises  aux fins de  garantir la traduction et l’interprétation,pendant toutes les étapes de la procédure,civile ou pénale et à partir de l’enquête préliminaire ou la requête introductive  d’instance  jusqu’au procès final et quel que soit le degrés de juridiction ,sa compétence  d’attribution ou territoriale elle devra être jugée  dans une langue qu’elle puisse comprendre et y répondre  à l’aide d’un auxiliaire de la justice dénommé »traducteur/interprète judiciaire « désigné souvent d’office  par la juridiction pénale ou  d’assises ou choisi par la partie la plus diligente en matière civile,le tout dans le but de garantir les droits sacrés de la défense,ainsi qu’en matière de.               Qu’est ce qu’un traducteur et quelle est sa mission? 

Le traducteur judiciaire est un professionnel qui restitue dans une langue,le sens  d’un document  juridique ou administratif (acte,arrêt,jugement,ordonnance,conclusions,contrat ou exploits)rédigés dans une autre langue;il y énonce dans ses moindres subtilités ,le message véhiculé par le texte ,manuscrit ou imprimé qu’il devra décoder et déchiffrer,tout en respectant  le génie des deux langues dans les quelles il traduit,que ce soit au niveau de la forme du sens ou de l’idées et plus particulièrement au niveau de la propriété des mots et du style judiciaire dans le seul but d’obtenir une phase lumineuse ;car cette concision qui ,dans un jugement un arrêt ou un contrat bilatéral ou synallagmatique,est la qualité  première dans le labeur d’un traducteur professionnel. La présentation de la traduction  doit être de qualité bonne,les termes justes ,claires et agréables aux lecteurs,supposés justiciable,juriste,ministère ,ambassades,un service étranger,entreprise ou encore un organisme international ou société  multinationales. 

En perfectionnement  constant en droit comparé,le traducteur/interprète  devra posséder les premières notions nécessaires,notamment en terminologie juridique conçu dans une langue  donnée l’est souvent en référence à bun system juridique déterminé.Ceci  peut s’éclairer par l’exemple du droit musulman ,quoique  dans certains cas objectif et subjectif dans d’autres,actuel et immuable par la communauté musulmane,est inspiré essentiellement du coran et de la loi traditionnelle,reste différent  du droit français qui lui s’appuie  sur des textes fondateurs  comme la constitution alors que le droit anglais est essentiellement fondée sur la jurisprudence et la coutume. A         Ainsi la traduction d’un arrêt,d’un jugement d’un acte ou d’un contrat,supposée destinée à un lecteur qui peut être un juriste ou un particulier qui raisonne sur une base juridique  différente(droit civil français sur la filiation,la succession ,mariage,divorce Ets…)’code algérien sur la famille,mariage filiation ,divorce,succession Ets.),( organisation judiciaire en France),( organisation judiciaire au pays du maghréb),(droit régissant les contrats de société et de partenariat dans le système notarial anglais),(système notarial français),(système  notarial au pays de Maghreb).En  somme tout ce qui trait l’économie mixte dans la circulation des biens et des personnes parmi des partenaires intercommunautaires,dans un monde en plain mouvement vers une mondialisation qui avance! 

Qu’est ce qu’un interprète? La profession d’interprète est,quant à elle,différente de celle de traducteur puisque l’interprète  effectue,dans le cadre  de ses attributions,des tâches courantes d’interprétariat lors de procès  judiciaire,de conférence,congrès colloques,séminaire,tables rondes,symposiums guides touristiques et délégations officielles;il est un spécialiste de la communication orale et doit être doté d’une formation adéquate,soutenue par la parfaite connaissance d’une ou de plusieurs langues et idiomes ainsi que de culture générales étrangères vastes,lui permettant ainsi de restituer dans toutes leurs nuances les questions,réponses,discours,débat oraux ,plaidoiries réquisitions d’avocat général de procureur représentent le ministère  public,interrogatoires préliminaire au niveau de la police  judiciaire ou d’information devant le juge d’instruction Ets…. 

Aussi,Il doit posséder  une solide expérience  dans le domaine ,un niveau de technicité flexible,un sens de réflexe développé,permettant  de transmettre simultanément la pensée de l’orateur vers la compréhension l’auditeur,restent les conditions requises,d’une mémoire infaillible,d’audibilité de visibilité ainsi qu’une articulation phonatoire parfaite et un niveau linguistique à la mesure de celui qui parle es celui qui écoute. Au cours de l’exercice de sa profession,le traducteur interprète doit accomplir sincèrement et fidèlement  sa mission et d’exercer loyalement la profession  avec probité et bonne fois .Il s’oblige de garder,en tout lieu ,le secret professionnel,il s’engage d’accomplir son devoir professionnel et de respecter la déontologie que lui impose sa conscience professionnelle ». 

Au cours  d’un procès judiciaire,de négociations serrées,de conversation,entretiens,ou discussions,il doit prendre note ,avec l’attention la plus scrupuleuse de probité et de neutralité,le débat et d’éviter le contre sens qui pourrait porter préjudice aux intérêts des parties;car très souvent le sort ,d’un individu,d’un groupe ou de toute une société ,dépend de l’efficacité de la traduction ou de l’interprétation.En aucun cas ,il ne pourra agir sous l’empire de l’influence d’une quelconque passion de la haine ,vengeance,méchanceté,crainte,cupidité ou sentiment d’affection à l’égard de quiconque à même vis- avis des ces proches ou col légionnaires Conclusions 

L’état des lieux  analysés ci-dessous soulève.en premier lieu,la question de la formation adéquate des traducteurs interprètes,plus particulièrement dans le domaine juridique . Quoique la formation dispensée  actuellement par l’université ne nous donne que le principe et l’esprit théorique de la profession ,sans lesquels nous ne saurions aborder les difficultés inhérentes à la traduction et l’interprétation que nous auront  à affronter  au cours de l’exercice  de notre cariére.En effet ,il a été  donné de constater,en pratique,un manque de formation dans le domaine de traduction et l’interprétation juridiques …Je pense qu’il nécessaire à la génération actuelle des traducteurs /interprète  de se cultiver,en permanence,en droit comparé .Pour ce faire ,une grande avidité  intellectuel,une patience  constante et un entraînement  juridique ,sont indispensables. 

D’autre part ,une parfaite maîtrise de la langue maternelle  est requise à coté d’une plus ample possession d’une culture  générale bilingue,étendue .Le traducteur interprète devra savoir utiliser d’une manière rationnelle et efficace,les moyens multiples dont il dispose qu’il s’agisse  de source documentaires,orales(idiomes),écrites (manuels,dictionnaires) ou techniques  logiciels,télécopie ,télévision ,fax;Internet Ets…le traducteur est donc un professionnel a part entière,parfaitement outillé qui ne saurait se confondre avec un simple bilingue ou trilingue autrement  dit l’interprétariat/traduction est un véritable métier alliant savoir l’intellectuel savoir faire dire et réfléchir. En seconde lieu,pour ce faire,les pouvoirs publics doivent se pencher  sur les problèmes de l’aide  à la recherche scientifique,dans le domaine de la terminologie et la néologie traductive,de production intellectuelle ,de bibliographies,de formateurs qualifiés ,des équipements modernes  exigés par la nouvelle  technologie  en la matière.L’octroie de bourses ,envisager  des stages pratiques  et des séminaire à l’étranger,dans des écoles ou instituts spécialisés en matière  de traduction  et d’interprétation .(Genève),(Bruxelles),(envers),(Londres),(Paris),(Beyrouth),(Tanger) et faire tout  ce qui favorise l’instauration d’une véritable politique de formation continue dans le domaine de la traduction et l’interprétation . 

Par maître EL’KEBICH Mohammed Benlarbi -Traducteur interprète officiel auprès de la cour de justice Tiaret(Algérie) 

-Président du bureau de la chambre régionale  des traducteurs interprètes officiels. -Membre de l’Association internationale des traducteurs interprètes arabes. 

-Membre de
la S.F.T (société française des traducteurs. 
-Membre de
la F.I.T  (fédération internationale des traducteurs)                                

                   L’écho de Tiaret :Hébdomadaire régional d’informations générales -N°12 du 3 novembre au 06 décembre 2006                                           

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Journée mondiale de la traduction”

  1. traduction Dit :

    C´est quand la prochaine?

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...